Ericsson récupère les actifs GSM de Nortel aux Etats-Unis et au Canada

CloudOpérateursRéseaux

Vendus aux enchères, les actifs GSM de Nortel tombent dans l’escarcelle d’Ericsson. L’équipementier suédois avait déjà repris les volets CDMA-LTE de son concurrent canadien en déconfiture.

Le démantèlement par appartement des pôles de compétences de Nortel Networks en situation financière difficile se poursuit.

Ericsson vient de remporter le processus d’enchères visant à prendre possession des actifs GSM de Nortel Networks aux Etats-Unis et au Canada.

Le montant final de la transaction s’élèvera  à environ 47 millions d’euros. Les autorités anti-trust canadiennes et américaines doivent encore donner leur aval.

En Amérique du Nord, l’accord prévoit le transfert des accords commerciaux GSM. Les opérateurs AT&T et T-Mobile deviendront ainsi des clients Ericsson. L’accord prévoit également le transfert de 350 employés Nortel vers le groupe acquéreur.

En 2008, les activités GSM de Nortel ont représenté un chiffre d’affaires de 400 millions de dollars. Mais cela représentait une petite proportion du business global du fournisseur d’équipements télécoms qui affichait un CA global de 10,4 milliards de dollars.

De son côté, Ericsson a généré un CA de 2,7 milliards de dollars dans la même zone et à la même époque (issu de la vente d’équipements GSM et W-CDMA).

Ericsson a déjà manifesté son intérêt pour d’autres actifs cédés par Nortel : en juillet dernier, l’équipementier télécoms suédois avait mis la main sur les actifs CDMA et LTE (4G) et gagné un client de poids au passage (Sprint). Il gagne en influence dans la zone nord-américaine et dispose désormais d’un effectif régional de 14 500 collaborateurs.

Kapsch CarrierCom y trouve également son compte : le fournisseur de services réseaux d’origine autrichienne, qui s’était associé à Ericsson dans cette procédure d’enchère, va récupérer le reste des actifs GSM et GSM-R (norme de téléphonie mobile dans le secteur ferroviaire) de Nortel en dehors de l’Amérique du Nord pour 22 millions d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur