Espionnage HP : l’ancienne présidente du conseil d’administration sous le coup d’une inculpation

Mobilité
Information - news

Patricia Dunn ainsi que quatre autres personnes impliquées dans l’affaire
d’espionnage devront répondre de multiples chefs d’inculpation.

Le procureur général de Californie Bill Lockyear a retenu des charges à l’encontre de l’ex-présidente du conseil d’administration de HP, Patricia Dunn, ainsi qu’à l’encontre de quatre autres personnes directement impliquées dans l’affaire d’espionnage de HP.

Kevin Hunsaker, ancien juriste pour HP, ainsi que trois enquêteurs privés, devront également répondre de quatre chefs d’inculpation.
Les cinq prévenus devront s’expliquer pour avoir obtenu frauduleusement des enregistrements téléphoniques et pour avoir accédé et utilisé illégalement des données informatiques. Ils devront également répondre des accusations de vol d’identité et de conspiration pour l’ensemble de ces délits.

Patricia Dunn s’est toujours défendue d’avoir eu connaissance des méthodes d’enquête employées. Mais dans son réquisitoire, Bill Lockyear accuse Patricia Dunn d’avoir contribué activement à cette affaire en fournissant aux détectives les numéros de téléphone portable et fixe des membres du conseil de HP. Il l’accuse également d’avoir eu connaissance des techniques illégales employées pour mener à bien les enquêtes internes.

Les quatre chefs d’inculpation prévoient une condamnation maximale de trois ans d’emprisonnement. Les prévenus risquent une amende maximale de 10 000 dollars pour chaque délit. Les charges de conspiration qui pèsent à leur encontre sont passibles d’une amende de 25 000 dollars pour le vol d’identité et de 10 000 dollars pour les autres chefs d’inculpation.

“En cherchant à identifier les fuites en direction de la presse, l’une des institutions professionnelles les plus vénérables de notre état a perdu sa réputation d’excellence“, a indiqué Bill Lockyear dans un communiqué.

En se fourvoyant de la sorte, les personnes ayant participé à l’affaire à l’intérieur et à l’extérieur de HP se sont rendues coupables de violation des droits relatifs au respect de la vie privée, ce qui constitue un manquement à la loi fédérale“. En septembre, Bill Lockyear avait déclaré publiquement que son bureau avait entamé une enquête et que “des crimes avaient été commis.

Cette inculpation est le dernier tournant d’une longue saga, incluant des comparutions devant une commission parlementaire et la mise en place d’enquêtes internes, qui s’est conclue par la démission de Patricia Dunn, du membre du conseil George Keyworth et du directeur juridique de l’entreprise.

Toute cette affaire a éclaté autour d’une enquête interne baptisée “Kona 2” s’appuyant sur de faux “prétextes”, pour obtenir les enregistrements téléphoniques d’employés de HP et de journalistes, et sur l’utilisation de logiciels espions permettant de contrôler les échanges d’e-mails entre les journalistes et les employés de HP.

HP a assuré qu’il coopérait volontiers avec les enquêteurs et s’est refusé à tout commentaire. Le directeur exécutif de HP, qui a depuis peu pris les fonctions de président du conseil d’administration, n’a pas été inquiété.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 5 octobre 2006


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur