Espionnage industriel : SAP prend le temps de répondre aux accusations d’Oracle

Mobilité

L’éditeur allemand entend étudier avec rigueur les accusations portées à son
encontre avant de s’exprimer publiquement sur le sujet.

Dans un communiqué de presse diffusé lundi, Tomorrownow, une filiale américaine de SAP qui offre des services de support tiers pour les logiciels Peoplesoft et JD (deux produits acquis par Oracle en 2005), indique qu’elle continue d’examiner la plainte déposée par Oracle le mois dernier pour espionnage industriel.

Le 22 mars dernier, Oracle a déposé une plainte contre SAP, accusant son rival allemand d’espionnage industriel après avoir téléchargé illégalement des documents de support sur ses propres serveurs.

Selon Oracle, ces documents sont protégés par la loi sur le copyright et sont disponibles uniquement aux clients ayant souscrit à des services de support. L’éditeur de bases de données réclame des dommages et intérêts d’un montant non spécifié.

SAP doit encore répondre publiquement de ces accusations, mais, comme l’indique le communiqué de lundi, l’éditeur allemand le fera qu’il jugera le moment opportuns

“Nous étudions encore actuellement cette affaire et nous estimons qu’il serait imprudent de commenter le litige en cours tant que nous n’avons pas pris entièrement connaissance des allégations qui sont portées à notre encontre. SAP entend signifier clairement à ses clients, prospects, investisseurs, employés et partenaires son engagement à se défendre avec vigueur contre la plainte déposée par Oracle”, a déclaré SAP dans son communiqué.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 10 avril 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur