États-Unis : tablettes et PC voleront en soute au nom de l’antiterrorisme

RégulationsSécurité
usa-tablettes-pc-avion

Les USA interdisent l’embarquement de certains appareils électroniques en cabine dans les vols en provenance de plusieurs aéroports du Proche et du Moyen-Orient.

Tablettes, PC, liseuses, consoles de jeu… Tous ces appareils électroniques ne sont plus les bienvenus en cabine.

C’est le message qu’une dizaine de compagnies aériennes vont devoir faire passer à certains de leurs passagers à destination des États-Unis.

Les autorités américaines ont édicté une directive dans ce sens au nom de la lutte antiterroriste.

Royal Jordanian avait fait, lundi sur ses comptes de réseaux sociaux, la lumière sur l’existence du texte, dont l’entrée en vigueur est prévue pour cette semaine.

L’annonce officielle est venue ce mardi du département de la Sécurité intérieure (DHS), en collaboration avec l’agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA), créée après le 11-Septembre.

PC portables et boissons gazeuses

Un délai de 96 heures sera laissé aux parties concernées pour appliquer les dispositions, amenées à rester en place « jusqu’à ce que la menace évolue ».

De quelle menace parle-t-on ? Dans la FAQ associée à la directive, le DHS reste évasif. Tout au plus affirme-t-il percevoir une « propagande grandissante » encourageant à la commission d’actes terroristes dans l’espace aérien.

Pour l’occasion, est cité le vol 9268 Metrojet, opéré par la compagnie russe Kogalymavia et fatal à 224 personnes le 31 octobre 2015 au-dessus du Sinaï. Quelques semaines après l’attentat, l’État islamique avait publié la photo d’une canette de soda chargée d’un explosif.

Le DHS mentionne aussi le vol 3159 Daallo Airlines, reliant Mogadiscio à Djibouti, et qui avait, 5 minutes après son décollage le 2 février 2016, subi une explosion dans la cabine passagers. La bombe aurait été placée… dans un ordinateur portable.

Phablettes admises ?

Le périmètre de la directive « pourra évoluer ». En l’état, sont concernés les vols vers les États-Unis au départ de dix aéroports : Reine-Alia (AMM) en Jordanie, Roi Khaled (RUH) et Roi-Abdelaziz (JED) en Arabie saoudite, Atatürk (IST) en Turquie, Le Caire (CAI) en Égypte, Mohammed V (CMN) au Maroc, Koweït (KWI), Abu Dhabi (AUH) et Dubaï (DXB) aux Émirats arabes unis, ainsi que Hamad (DOH) au Qatar.

Neuf compagnies sont affectées : EgyptAir, Emirates, Etihad Airways, Kuwait Airways, Qatar Airways, Royal Air Maroc, Royal Jordanian, Saudi Arabian Airlines et Turkish Airlines. En cas de non-respect de la directive, elles seront interdites d’atterrissage sur le sol américain.

Les demandes risquent d’affluer de la part des passagers, inviter à « vérifier avec leur compagnie » en cas d’incertitude sur la possibilité d’embarquer leurs appareils électroniques en cabine. Les limites que fixe la TSA sont sujettes à interprétation : soute obligatoire pour tous les appareils « plus gros qu’un smartphone »…

Le Royaume-Uni, qui a adopté des mesures similaires touchant six pays (Arabie saoudite, Égypte, Jordanie et Turquie, auxquels s’ajoutent Liban et Tunisie), donne un gabarit : 16 x 9,3 x 1,5 cm.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur