Euro : 42 % des PME n’ont encore rien fait

Mobilité

Il reste un peu moins de onze mois avant le passage obligatoire à l’euro. Un délai qui, en réalité, se trouve déjà amputé de plusieurs mois. En effet, pour la Banque de France, les entreprises doivent avoir basculé leur comptabilité en euros d’ici juin… Pour l’instant, on est loin du compte.

Le dernier bulletin de la Banque de France est sans appel : “D’ici juin 2001, la plupart des entreprises, y compris les PME, devraient avoir basculé leur comptabilité et leurs opérations bancaires en euros.” Selon l’institution, les diverses fonctions de l’entreprise concernées (à savoir trésorerie, comptabilité, relations bancaires, paies, systèmes informatiques, relations avec les clients, fournisseurs…) nécessitent du temps pour être transposées en euros. La Sofres, qui, en collaboration avec l’éditeur Sage, a mené une enquête auprès de 2 500 entreprises de 0 à 2 000 salariés en janvier 2001, estime elle aussi que 6 à 9 mois sont nécessaires à l’entreprise pour gérer l’ensemble des opérations de bascule.

L’étude a par ailleurs permis de chiffrer le pourcentage de sociétés décidées à attendre la date fatidique du 1er janvier 2002 pour basculer vers l’euro. Si 90 % de ces entreprises déclarent avoir un logiciel de comptabilité compatible euro, seulement 1,3 % ont déjà basculé leur comptabilité et 35 % prévoient de le faire en 2001. Il reste donc 45,7 % des sociétés interrogées qui disent vouloir attendre la date butoir. Enfin, 18 % ont déclaré ne pas savoir quant elles basculeront vers l’euro. Même constat selon le dernier baromètre, réalisé en janvier par l’Ifop et le ministère des Finances, qui conclut que 42 % des PME françaises (10 à 50 salariés) n’ont pas encore commencé leur préparation à la monnaie unique.

Le ministère de l’Economie veut informer les entreprises“Un chiffre insatisfaisant”, a indiqué Laurent Fabius lors d’un colloque pour entreprises. Le ministre de l’Economie a par ailleurs annoncé le lancement d’une vaste campagne d’information en direction des entreprises afin de les inciter à préparer le plus tôt possible le passage à l’euro. Pour la Sofres, il en va de la survie de l’entreprise notamment dans ses relations avec ses clients, mais aussi avec ses fournisseurs.

Pour en savoir plus :

* Le site de la Banque de France

* Le site du ministère de l’Industrie

* Le site de la Chambre de commerce et d’industrie de ParisLire aussi : L’euro, un passage obligé pour les entreprises


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur