EveryonePrint : du nouveau dans l’impression mobile sécurisée

CloudEntreprise
scc-everyoneprint-impression-securisee

Intégration avec Google Cloud Print, support de Windows Server 2012 et prise en charge des sous-réseaux multiples sont les principales nouveautés introduites dans la version 3.4 de la solution d’impression mobile sécurisée EveryonePrint.

L’entreprise danoise EveryonePrint a mis à jour sa solution éponyme d’impression mobile sécurisée, commercialisée en France par le groupe informatique SCC.

Parmi les principales nouveautés de la version 3.4, l’intégration avec Google Cloud Print, le support des sous-réseaux multiples avec AirPrint ou encore la liste de compatibilité étendue à Windows Server 2012. L’objectif premier de cette application hébergée en mode cloud privé reste  de permettre aux utilisateurs nomades d’imprimer en libre-service, depuis n’importe quel terminal. Destiné aux établissements hôteliers, aux universités ou encore aux entreprises accueillant régulièrement des visiteurs, le service est déployable sur un serveur* ou un poste de travail, sans requérir ni pilote, ni application spécifique.

Distribué en France via plusieurs partenaires agréés (Canon, HP, Konica Minolta, Ricoh et Toshiba), EveryonePrint propose quatre options d’impression. La première s’appuie sur un portail Web ; la seconde, sur une adresse e-mail préconfigurée vers laquelle on envoie les documents ; la troisième, sur les technologies sans fil ; la quatrième, sur un pilote générique… ou bien délivré par le constructeur pour offrir davantage de possibilités de finition.  Les travaux d’impression peuvent être conservés dans des espaces privés et sécurisés, jusqu’à ce qu’un utilisateur aille les libérer sur l’imprimante de son choix, grâce à un code d’accès privé ou un badge.

EveryonePrint s’intègre de manière transparente à l’infrastructure réseau en place et à “presque tous les systèmes de gestion d’impression”, tout en s’adaptant aux politiques de sécurité et/ou aux solutions de comptabilité de copies éventuellement mises en place pour contrôler les flux. L’intégration de Google Cloud Print, utilisable en mode authentifié via Active Directory, permettra par exemple d’imprimer nativement depuis un Chromebook. Quant à la prise en charge des sous-réseaux multiples avec AirPrint, elle répondra à des scénarios de VLAN cascadés ou de bornes Wi-Fi multiples.

A noter que le tableau de bord regroupant des statistiques sur l’ensemble des travaux d’impression lancés est désormais localisé en allemand… et en Français. EveryonePrint a également amélioré la conversion de fichiers .txt sans Microsoft Office, la création étendue de comptes invités pour les utilisateurs anonymes, ainsi que l’impression de fichiers .csv et .log. Déployée sur un serveur avec CPU Intel Core i7 et 4 Go de RAM sous Windows 8, la solution peut traiter jusqu’à 800 tâches par heure en passant par le portail Web ; 1500 par e-mail, pilote générique ou impression nomade ; 12 000 en utilisant un driver spécifique.

everyoneprint

* Configuration recommandée : un serveur de dernière génération avec processeur Xeon, 1 Go de RAM (4 Go pour de grands volumes) et 5 Go d’espace disque pour la mise en attente des travaux d’impression (10 Go pour de grands volumes).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur l’impression… 2D ?

Crédit photo : JJ Studio – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur