EyeVerify : l’identification oculaire qui tape dans l’œil d’Alibaba

AuthentificationEntrepriseFusions-acquisitionsSécurité
alibaba-eyeverify
3 6

Via sa branche Ant Financial, Alibaba fait main basse sur l’américain EyeVerify et sa technologie d’identification oculaire pour les applications mobiles.

La relation devient plus fusionnelle entre Alibaba et EyeVerify.

Le groupe chinois met la main sur cette start-up américaine dont il exploite depuis peu la technologie d’identification oculaire, sur sa plate-forme de gestion des paiements électroniques Alipay*.

L’acquisition est plus précisément réalisée par Ant Financial, branche d’Alibaba spécialisée dans les services financiers et qui s’est récemment distinguée en bouclant une méga-levée de fonds de 4,5 milliards de dollars auprès d’investisseurs pour la plupart proches de l’État chinois.

Une fois l’opération finalisée, EyeVerify exercera en tant que filiale à 100 % d’Ant Financial. La société restera basée à Kansas City, où son aventure avait débuté il y a près de cinq ans.

Développée avec le soutien d’investisseurs de divers horizons (Samsung, Sprint, Wells Fargo…), sa solution de biométrie baptisée Eyeprint ID s’implémente dans les applications iOS et Android par le biais d’un SDK – les plates-formes Windows et BlackBerry sont dites « sur la feuille de route ».

Quelques constructeurs de terminaux mobiles, à l’image de ZTE, vivo et Alcatel One Touch, l’ont adoptée. Mais ce sont surtout les institutions financières qui en sont friandes. Les contrats avec ces dernières ne seront pas remis en cause par le passage dans le giron d’Alibaba, assure le CEO Toby Rush.

Ni iris, ni rétine

Fondée exclusivement sur des briques logicielles, Eyeprint ID fonctionne avec les caméras frontales de la plupart des smartphones et des tablettes (résolution 720p requise, l’idéal étant du 1080p).

Sans exploiter ni l’iris (il faudrait un capteur infrarouge), ni la rétine (un appareil particulier serait nécessaire), la technologie offre, selon EyeVerify, un taux de précision de « 99,99 % » avec un taux négligeable de faux positifs (1/50 000) et moins de 2 % de rejets, y compris dans des conditions de faible lumière et si le sujet porte maquillage ou lunettes.

L’empreinte biométrique se base sur les vaisseaux sanguins et d’autres « micro-attributs » qui restent relativement stables pendant plusieurs années (confer la foire aux questions). Elle n’est pas stockée en tant qu’image, mais sous un format particulier, chiffré avec l’équivalent d’un mot de passe de 50 caractères et additionnée d’un salage (ajout de caractères aléatoires).

Pour éviter les tentatives de déverrouillage avec une image ou une vidéo comme ce peut être le cas avec les systèmes de reconnaissance faciale, Eyeprint ID modifie au vol des éléments comme la mise au point ou la balance des blancs, afin de vérifier si l’œil réagit.

* Alibaba revendique plus de 450 millions d’utilisateurs et 153 millions de transactions par jour pour Alipay. PayPal en est respectivement à 180 et 16 millions. Visa, à 2,2 milliards et 260 millions.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur