Facebook : accord de principe pour supprimer les données persos de ses membres

Marketing
logo Facebook F

Confronté à une fronde en Europe, Facebook veut réviser la politique de confidentialité sur le réseau social dans un sens qui tournerait en faveur de ses utilisateurs.

Facebook s’engagerait à changer sa politique de respect de la vie privée au profit de ses utilisateurs.

Le réseau social accepte enfin de supprimer définitivement de ses serveurs les fichiers que ses membres ont tentés d’effacer.

Cet engagement a été avancé lors d’une réunion avec  l’association Europe vs Facebook, créée par Max Schrems qui avait suscité une polémique sur le sujet.

Cet étudiant en droit autrichien de 24 ans voulait connaître la portée des données personnelles recueillies par Facebook.

Il avait reçu un CD-Rom contenant l’équivalent de 1200 pages contenant une série d’informations dont il pensait qu’elles n’étaient pas stockées, comme des extraits de chats ou des posts.

Le collectif Europe vs Facebook a déposé 22 plaintes contre le réseau social devant l’autorité de protection des données en Irlande (Data Protection Commissioner).

Ce pays héberge le siège européen de Facebook.

La procédure inclut une tentative de conciliation entre les deux parties. Elle a semble-t-il été très fructueuse.

Par communiqué , Max Schrems assure que ses doléances ont été prises en compte par la direction de Facebook.

Ainsi, Facebook assure qu’il supprimera vraiment les données dont l’utilisateur veut se débarrasser, au lieu de simplement les camoufler dans ses data centers.

Le réseau social assure également qu’il demandera l’autorisation expresse au préalable pour toute réutilisation de données personnelles (principe de l’opt-in, en vigueur en Europe).

On pense par exemple à la fonctionnalité du réseau social visant à faire apparaître la photo de vos amis sous les publicités des entreprises qu’ils ont “aimé”.

La politique de confidentialité mondiale du site devra aussi être retravaillée avant fin mars 2012 pour se mettre en conformité avec la loi européenne. Mais, là encore, les débats ne sont pas clos.

La Commission européenne a lancé une procédure de révision de la directive sur la protection des données personnelles qui devrait s’étaler tout au long de l’année 2012.

Un autre groupe Internet américain se retrouve sous les tirs croisés des régulateurs européens en charge de protéger la vie privée.

Google a récemment modifié sa charte de confidentialité dans le sens d’une “simplification”.

Mais leG29 (rassemblant les CNIL d’Europe) demande une suspension de l’application de ces mesures, en attendant d’y voir plus clair sur le front de la nouvelle régulation en cours de gestion…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur