Facebook : comment développer le social commerce

CRMMarketing

La Redoute, Voyages-SNCF.com, Ouat Entertainement, iFeelGoods…Des marques et des prestataires français explorent la combinaison e-commerce et réseau social (Salon E-Commerce 2011).

Social commerce : interagir entre les outils CRM internes et la communauté Facebook

A côté de Julien Codorniou, Guillaume Darrousez, en charge du “social shopping” à La Redoute,  (et qui occupe désormais le poste de directeur général de la marque Cyrillus également rattachée au groupe PPR), a souligné que Facebok permettait de “faire du e-commerce plus ludique”.

Même s’il reconnaît que la boutique Facebook “n’a pas vraiment marché”. Donc, l’approche pure  techno du commerce électronique est à proscrire.

“Le graal en termes de marketing, c’est un achat réalisé sur le site de la Redoute et une recommandation d’achat laissé sur son réseau Facebook”, considère Guillaume Darrousez.

Le représentant du vépéciste considère que le système est intéressant car Facebook ne prend aucune commission sur les achats générés par le réseau communautaire (“pas de transaction sur le post-purchase publishing”).

Au nom de Voyages-SNCF.com, Pierre Matuchet, en charge du système d’information du site transactionnel, est aussi pionnier dans la manière d’exploiter Facebook.

“C’est l’un de nos prochains challenges : comment garder nos outils de gestion de relation client (CRM) et interagir avec Facebook. Nous devons accompagner les clients sans couture tout en tirant profit des richesses de l’OpenSocial [bouquet d’API pour le réseau social, ndlr] et du social graph [réseau de connexions et de relations entre les gens sur Facebook…]”

Prochainement, Voyages-SNCF.com va lancer une nouvelle application “Petits voyages entre amis” qui va faciliter le réflexe d’achat de voyages ou de séjours en commun en utilisant les mécanismes collaboratif de Facebook.

Dimitri Ducourtieux, co- fondateur de iFeelGoods, start-up française focalisée sur le développement des monnaies virtuelles (et les “Facebook Credits” en particulier) qui a levé au printemps 6,5 million de dollars, considère que le business est palpable aux Etats-Unis : 136 millions de membres recensés sur Facebook et 22 millions de dollars de vente générés par les sites marchands via le réseau communautaire.

Quand à Frédérique Doumic, P-DG de Ouat Entertainement, elle surfe sur la vague du jeu social (3,8 millions d’amateurs pour son jeu Totally Spies) après avoir démarré ses activités il y a plus de dix ans.

Avec sa société d’édition de jeux, l’entrepreneur au féminin s’attelle à la sortie d’un nouveau jeu de création d’entreprise virtuelle (“Kompany”).

Avec un K comme FacebooK ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur