Facebook : un data center dans le vent

CloudDatacentersMarketingServeursSocial Media
facebook-fort-worth
6 8

Facebook lance, à Fort Worth (Texas), la construction de son cinquième data center, qui sera intégralement alimenté à l’énergie éolienne.

La construction du cinquième data center de Facebook est lancée.

La structure devrait entrer en phase opérationnelle dans le courant de l’année 2016. Monopolisant un budget initial de 500 millions de dollars, elle occupera environ 450 000 m² dans la localité de Fort Worth (Texas).

Pour alimenter intégralement le site à l’énergie renouvelable, une ferme d’éoliennes sera installée à environ 150 km de distance, du côté de Clay County, avec le concours de plusieurs partenaires dont le groupe canadien Alterra Power.

Cet ensemble produira 200 mégawatts (MW) de puissance électrique. Le surplus sera réinjecté dans la boucle résidentielle située à proximité.

A l’instar du data center implanté par Facebook dans l’Oregon (à Prineville, où l’on trouve d’autres sociétés IT comme Apple), le complexe de Fort Worth exploitera un système de refroidissement passif, grâce à l’air venu de l’extérieur, « y compris pendant la saison estivale ».

L’architecture du bâtiment fera l’objet d’une publication en open source dans le cadre du projet Open Compute, soutenu par une douzaine d’acteurs de l’industrie et qui vise à optimiser les infrastructures de serveurs pour les rendre notamment moins énergivores.

A travers diverses techniques parmi lesquelles le remplacement des clusters traditionnels par des serveurs interconnectés sur fibre, Facebook estime avoir économisé 2 milliards de dollars sur trois ans.

Ce n’est pas la première fois que le réseau social se tourne vers l’énergie éolienne. Il l’a déjà fait avec le data center d’Altoona (Iowa), étendu sur 130 000 m² et alimenté à hauteur de 138 MW.

Le site suédois de Luleå (prononcer « Luléo ») reste pour le moment le seul basé hors des États-Unis. Situé à proximité du cercle arctiques, il fonctionne essentiellement à l’hydroélectrique. Le climat rigoureux du Grand Nord et la disponibilité d’un approvisionnement en eau facilitent le refroidissement.

Crédit photo : Facebook


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur