Facebook délie sa bourse dans la chasse aux fausses infos

MarketingSocial Media
facebook-news-initiative

Dans le cadre de son « Journalism Project », Facebook contribue à un fonds de 14 millions de dollars en appui à la lutte contre la désinformation en ligne.

Pointé du doigt au vu du flux de désinformation ayant circulé sur son réseau social lors de la campagne présidentielle aux États-Unis, Facebook avait, en début d’année, levé le voile sur le « Journalism Project ».

Ce programme destiné à renforcer les liens avec les médias comporte plusieurs volets : formation des journalistes aux outils sociaux, mise à disposition de nouveaux formats de publication pour coller à l’évolution des usages de consommation de l’information ou encore aide aux internautes pour faire le tri des contenus d’actualité.

S’y ajoute la contribution – tout juste officialisée – à un fonds de 14 millions de dollars monté avec d’autres sociétés technologiques dont AppNexus et Betaworks.

Mozilla alimente également ce fonds* qui soutiendra la « News Integrity Initiative ».

L’école de journalisme de l’Université de New York administrera ce consortium voué à mettre en œuvre des projets visant à « mieux informer le débat public » en donnant aux internautes les clés pour comprendre l’information diffusée en ligne.

Vérifier les sources

Des agences comme Edelman et Weber Shandwick, des établissements d’enseignement tels que la London School of Economics et l’école de journalisme de Sciences Po, des personnalités du Web parmi lesquelles Jimmy Wales (fondateur de Wikipedia)… Ils sont une vingtaine d’acteurs à s’être ouvertement ralliés à la démarche.

Enseignant en journalisme à l’université d’Arizona, Dan Gilmor résume l’enjeu : « Nous ne devons pas seulement améliorer l’offre. Nous devons faire en sorte de devenir des consommateurs plus actifs de médias ».

Pour Facebook, c’est une marque supplémentaire d’engagement après l’annonce du soutien apporté au programme de journalisme collaboratif CrossCheck, qui bénéficie de l’appui de Google News Lab.

En France, un outil de vérification d’informations est actuellement mis en place avec huit groupes médias. L’idée est de faciliter les signalements par les utilisateurs, la collaboration avec des « organisations tierces compétentes » dans l’exercice du fact-checking et la restriction des gains financiers que peuvent dégager les auteurs de fausses informations.

* Les autres membres fondateurs sont le Craig Newmark Philanthropic Fund (fonds du créateur de Craigslist), la Ford Foundation, le Democracy Fund, la Tow Foundation et la Knight Foundation – qui s’est récemment associée à un fonds « éthique et intelligence artificielle ».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur