Facebook en Bourse : le Nasdaq semble assumer une part de responsabilité

BourseEntrepriseMarketing
facebook-IPO-bourse-reseau-nasdaq

Le Nasdaq va indemniser les investisseurs ayant subi un préjudice. Un bug grave avait perturbé le traitement des ordres passés au début de la cotation de Facebook.

Difficile de savoir jusqu’où l’action Facebook peut plonger en Bourse.

Presque deux semaines après son introduction sur le Nasdaq, le titre n’arrive pas à regagner le terrain perdu.

Une défiance inattendue vis-à-vis du titre s’est installée dès le premier jour de sa cotation qui s’est déroulée plutôt de manière rocambolesque. Et cela perdure.

Ainsi, mardi 5 juin, l’action est descendue jusqu’à 25,80 dollars pour finir la journée à 25,87 dollars (-3,83%). Mais on reste bien loin de son prix d’introduction à 38 dollars (-30%).

Dans la cacophonie liée à l’entrée de Facebook en Bourse, le Nasdaq semble assumer une part de responsabilité.

La plateforme boursière électronique présente des mesures d’indemnisation pour les investisseurs (banques d’affaires, firmes de courtage) ayant subi des pertes à cause des problèmes informatiques survenus le jour J.

En raison d’une surcharge d’ordres à traiter, le Nasdaq n’a pu assurer leur passage en temps réel lorsque la cotation a démarré le 18 mai.

Les échanges ont démarré plus tard que prévu dans la même journée.

Selon le Wall Street Journal, le Nasdaq pourrait débloquer une enveloppe de 100 millions de dollars pour apaiser les tensions.

Fin mai, un courtier comme Knight Capital a déposé une demande d’indemnisation de 35 millions de dollars (alors que Facebook a levé 16 milliards de dollars ce jour-là).

Mais l’affaire ne va peut-être pas s’arrêter ici car la responsabilité de la plateforme boursière électronique est également mise en cause dans plusieurs actions collectives déposées par des investisseurs aux Etats-Unis.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur