Facebook est-il vraiment en perte de vitesse ?

Facebook présenterait des signes d’essoufflement sur des marchés matures comme les Etats-Unis. Mais il compenserait par une croissance survitaminée dans les pays émergents. Prudence dans les analyses.

facebook

Facebook nie toute érosion de sa base de membres.

Face aux éléments diffusés par le cabinet d’études indépendant Inside Facebook, le réseau social se devait de réagir.

Dans un article du site de la BBC, la société Internet de Mark Zuckerberg, qui reste sous les feux de l’actualité en cette période de pré-IPO, conteste la présumée perte d’influence en termes de membres inscrits.

« De temps en temps, nous voyons des articles sur Facebook perdant des utilisateurs dans certaines régions. Certains de ces chiffres [comme ceux de Inside Facebook gold, NDLR] sont extraits de notre outil de publicité, qui fournit des chiffres généraux [...] et n’est pas conçu comme une source pour suivre l’évolution de la croissance de Facebook. »

Le réseau social cherche visiblement à rassurer le marché : « Nous sommes très heureux de notre croissance et de la façon dont les gens utilisent le site. Plus de 50% de nos membres actifs se connectent à Facebook quel que soit le jour. »

La polémique a démarré avec la publication en début de semaine d’une analyse d’Inside Facebook Gold.

La croissance du nombre d’abonnés Facebook se serait amoindrie pour le deuxième mois consécutif.

Cela se traduirait même par une perte d’abonnés aux Etats-Unis : 6 millions auraient déserté le réseau social en mai.

On observerait des tendances similaires mais dans une moindre proportion dans des pays comme le Canada, le Royaume-Uni, la Norvège et la Russie.

En revanche, Facebook compenserait ces pertes en affichant des taux de croissance à trois chiffres dans les pays émergents (Inde, Thaïlande, Brésil…).

Autant prendre des présumées tendances avec des baguettes.

Rien qu’en mesurant le trafic du réseau social aux Etats-Unis sur l’année 2011, les analyses de quatre cabinets d’études d’audience divergent (ComScore, Compete, Quantcast et JFG) si l’on en croit un tableau récemment fourni par Inside Facebook. *

Facebook a-t-il vraiment atteint un plafond de développement sur certains marchés dits matures ? Difficile d’apporter des éléments probants.

Les statistiques ci-dessous montrent que Facebook dispose encore d’une réserve de croissance dans le monde même si le réseau social montre des signes d’essoufflement sur certains marchés…

Les audiences de Facebook par pays (Crédit : Inside Facebook gold).

Derniers commentaires



3 replies to Facebook est-il vraiment en perte de vitesse ?
  • Le 15 juin 2011 à 14:27 par Johan

    Et dans des dictatures comme la Corée du nord ou la Birmanie il suffit que le dictateur local s’ouvre un compte FB pour avoir une croissance à quatre chiffre, vu que tous ses sbires et autres apparatchiks du pouvoir s’y mettront aussi ^^ !! Bon d’accord, ça ne vaut pas, c’est déjà fait…….

    Comme quoi, les chiffres présentés, en particulier par FB « himself », sont du pipeau joué aux yeux des marchés boursiers, à des milliards d’années lumière de la vraie réalité.

    Et moi je n’ai toujours pas réactivé mon compte, 5 mois déjà… Finalement je vis bien sans. Je ne le réactiverai qu’en cas de besoins professionnels, pour l’ajouter à d’autres bien plus efficaces.

  • Le 15 juin 2011 à 14:59 par eeeoui

    C’est pas trop tôt …

  • Le 15 juin 2011 à 15:00 par Tripliop

    C’est rassurant de voir que ce genre de concentrateur d’informations privée n’est qu’un effet de mode. Il est clair même si la France a encore une croissance forte que l’esprit facebook est en perte de vitesse, et ca ne va aller que dans ce sens….

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

01:46:05