Facebook Graph Search : la France en liste d’attente

Régulations
moteur Facebook-graph search

Des contrariétés d’ordre essentiellement linguistique limitent aux Etats-Unis l’accessibilité du nouveau moteur social Facebook Graph Search. La France est en liste d’attente.

Avec le Search Graph, première véritable innovation depuis son entrée en Bourse, Facebook met le modèle du réseau social au service d’un moteur de recherche singulier.

L’algorithme, qui s’appuie sur les ressources du “social graph”, reposerait en l’occurrence sur la popularité des contributions, à l’instar de Google PageRank.

Par opposition à un moteur conventionnel, le résultat d’une requête ne consisterait pas en une sélection de liens, mais directement en la réponse supposée la plus adéquate, en composant avec les préférences de l’utilisateur.

A ces fins, Facebook exploite une base de données relationnelle qui regroupe plusieurs centaines de milliards d’éléments, tout particulièrement 240 milliards de photos.

Le champ d’application se limite pour l’heure à quatre types de contenus : individus, lieux, photos et centres d’intérêt. Il n’englobe en outre que les données expressément partagées.

Voué à s’enrichir de manière continue, ce Graph Search n’est encore qu’un concept lancé en version bêta.

Dans un premier temps seul un échantillon restreint de membres y aura accès. Les soucis inhérents à la localisation linguistique du service limitent pour l’heure l’accès aux Etats-Unis, avec l’anglais comme unique langue d’interface.

Pour la version française, il faudra prendre son mal en patience et intégrer une liste d’attente. L’inscription s’effectue sur la page de présentation du Graph Search.

Facebook Search Graph inscription

Facebook, de l'intérieur

Image 1 of 14

facebook, 1601 willow road
facebook, 1601 willow road

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous incollable sur Facebook ?

Crédit photo : Vectomart – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur