Facebook : haro sur les pages Web à chargement lent

MarketingSocial Media
chasse-fausses-infos-facebook-google-medis-france

Facebook émet de nouvelles exigences vis-à-vis des éditeurs de pages Web pour satisfaire ses membres peu enclins à attendre trop longtemps que celles-ci se chargent.

Le News Feed de Facebook va avoir droit à une modification de l’algorithme qui l’alimente.

Ce dernier va appréhender les sites Web en fonction de leur vitesse de chargement.

La firme de Mark Zuckerberg explique dans un billet blog la raison de ce changement : « Nous avons eu comme retour des gens qu’il est frustrant de cliquer sur un lien qui conduit à une page Web à chargement lent. En fait, plus largement sur Internet, nous avons constaté que lorsque les gens doivent attendre le temps qu’un site se charge trop longtemps, ils abandonnent ce sur quoi ils avaient cliqué. Jusqu’à 40 pour cent des visiteurs d’un site Web abandonnent un site après trois secondes de retard. »

Le changement est ainsi axé sur la réduction de la portée, sur le News Feed, des sites Web qui ne sont pas optimisés pour les terminaux mobiles.

Une nouveauté somme toute logique si on considère que 94 % des utilisateurs du réseau social y accèdent via un mobile.

Les pages optimisées en termes de chargement apparaîtront donc plus haut dans le flux, celles à chargement lent étant, elles, pénalisées.

Facebook va prendre également en compte la vitesse de connexion au réseau, indépendamment de la vitesse du site Web.

Aux éditeurs de contenus de faire en sorte que leurs pages Web entrent dans les standards de vitesse de Facebook…

Ce dernier a publié un guide des meilleures pratiques à leur intention.

Le format Instant Articles ne sera pas touché, puisqu’il limite le code volumineux et restreint les publicités pour une expérience de chargement plus rapide et fluide.

Le déploiement de cette nouveauté va se faire progressivement dans les mois à venir.

Facebook adapte déjà le flux en fonction d’autres éléments depuis des années, prenant en compte le type d’appareil utilisé et la connexion au réseau (Wi-Fi ou cellulaire). Avec une connexion internet lente chargeant donc lentement les vidéos, le flux affiche ainsi moins de vidéos.

D’ici là, certains sites Web vont devoir s’adapter, faute de quoi ils risqueront de voir leur fréquentation diminuer de manière substantielle.

(crédit photo : archive NME)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur