Facebook met une pièce sur le paiement mobile

Cloud
facebook-paiement-mobile

Facebook va se rapprocher de l’univers du commerce électronique en testant, via les applications mobiles de plusieurs partenaires revendeurs, un service de paiement électronique.

Confronté, depuis son entrée en Bourse, à une problématique d’évolution de son modèle économique, Facebook pourrait faire d’une pierre deux coups en ouvrant un nouveau volet de son offensive sur mobile et en avançant ses pions dans le commerce électronique.

Selon les sources “proches du dossier” qui se sont confiées à All Things Digital, le réseau social initiera, d’ici quelques semaines, une phase d’expérimentations autour d’un système de paiement destiné à faciliter les achats depuis les applications mobiles de ses partenaires revendeurs.

Les équipes de Mark Zuckerberg considèrent que ce service n’est pas positionné – du moins à l’heure actuelle – sur le créneau de PayPal et consorts : il s’agit simplement “d’aider les e-commerçants à simplifier l’expérience de leurs clients“.

Ce en facilitant les transactions : celles-ci restent à la charge du fournisseur de l’application, mais le formulaire de paiement peut être automatiquement rempli avec des données renseignées au préalable… sur Facebook.

Une initiative qui fait sens alors que, sur les petits écrans tactiles des smartphones, l’imprécision du clavier virtuel rend fastidieuse la saisie d’informations.

Parmi les éléments en question figureraient les coordonnées bancaires.

En s’immisçant ainsi dans le processus de paiement, Facebook pourrait plus globalement cerner les habitudes de consommation de ses membres… et affiner en conséquence sa publicité ciblée.

Pour l’heure, le pilote est mené aux États-Unis, avec le concours de JackThreads, un spécialiste des ventes flash dans le domaine du prêt-à-porter masculin.

Il est fort probable que l’outil s’internationalise par la suite, avec en ligne de mire les joueurs, statistiquement plus enclins à fournir leur numéro de carte pour réaliser des achats de jeux électroniques et de bonus virtuels.

A terme, une concurrence n’est pas à exclure vis-à-vis des porte-monnaie électroniques d’Amazon et Google.

Restera néanmoins à vaincre la frilosité des internautes, d’autant plus défiants, dans un contexte de forte recrudescence des attaques informatiques nuisible à la sécurité de leurs données personnelles.

C’est dans cette logique que Facebook tend d’autres perches, s’improvisant intermédiaire de commerce électronique.

Illustration avec le service Gifts, lancé en septembre 2012 et par lequel les membres du réseau social peuvent s’offrir des cadeaux qui leur sont envoyés à domicile.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Facebook ?

Crédit illustration : rzstudio – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur