Facebook n’aime pas les “J’aime” qui ne sont pas sincères

Marketing

Le réseau social annonce qu’il compte faire la chasse aux mentions “J’aime” créées artificiellement donc suspectes.

Trop de mentions “J’aime” tueraient sa pertinence.

Facebook voudrait commencer à faire le ménage dans les attributions “I like” distribuées de manière trop large et qui perturberaient le réseau social.

L’équipe chargée de la sécurité chez Facebook a ainsi publié ce message sur son blog.

Nous avons amélioré les efforts de nos serveurs pour retirer les mentions ‘J’aime’ qui auraient été gagnées par des moyens violant notre politique de service. Ces efforts visent à retirer les ‘J’aime’ publiés par le biais de faux comptes ou par tromperies“.

Implicitement, elle fait référence à des achats en gros de mentions “J’aime”.

Principalement par des annonceurs et des agences e-marketing désirant gonfler artificiellement et rapidement leur influence sur les écrans de millions d’utilisateurs de Facebook (la plupart du temps à leur corps défendant).

C’est perçu comme un détournement par rapport à la liberté originellement donnée aux utilisateurs de Facebook : celle de soutenir une page, un groupe, une marque, un artiste … en cliquant sur la mention “J’aime” assortie d’un pouce levé en guise d’icône.

Les ingénieurs de Facebook veulent  réduire les mentions “J’aime” suspectes à la portion congrue (moins de 1%).

“Cette amélioration permettra aux pages de produire des contenus plus pertinents et intéressants, et les marques auront une meilleure idée du soutien qu’elles rassemblent autour de leurs contenus.” 

Pas sûr que toutes les marques seront ravies, mais les utilisateurs assidus du réseau social de Monsieur Zuckerberg oui…

(source image:  Max Griboedov via Shutterstock)

———– Quiz ITespresso.fr ————-
Etes-vous incollable sur Facebook ?
Evaluez vos connaissances sur notre quiz
——————————————–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur