Facebook pour iPad : mieux vaut tard que jamais

MarketingMobilitéSmartphonesTablettes
logo Facebook F

Des mois passés à spéculer, pour une annonce désormais officielle : l’iPad aura bien son client Facebook officiel. Avec un déploiement prévu au cours de cette semaine.

Disponible depuis belle lurette sur l’iPhone, elle semblait se refuser à faire ses premiers pas sur les tablettes d’Apple. Cette timidité récurrente s’estompe enfin avec l’arrivée officielle de l’application Facebook pour iPad. L’interface est plus lisible et de nombreuses fonctionnalités s’adaptent à la résolution d’écran.

Le doute planait à peine quant à l’intronisation imminente d’un tel service sur les plates-formes mobiles de la firme de Cupertino.

Des développeurs en avaient d’ailleurs trouvé trace dans le code d’iOS, si bien que l’on s’étonnait que Tim Cook n’en ait pas poussé la chansonnette durant la présentation de l’iPhone 4S.

A force de reports et de fausses joies, Twitter avait fini par prendre ses aises en natif, dans la cinquième version d’iOS. A la traîne sur iPad, Facebook restait, à défaut d’un logiciel optimisé, cantonné à un accès Web, via un navigateur.

Les équipes de Mark Zuckerberg corrigent le tir et annoncent “d’ici à la fin de la semaine” le déploiement, sur l’App Store, d’un client gratuit et adapté aux caractéristiques de l’iPad.

L’interface utilisateur bénéficie ainsi d’un lifting qui tire parti de cette résolution écran de 1024 x 768 points, supérieure à ce que proposent les smartphones.

En conséquence, l’écosystème social dans son ensemble se dote d’un mode plein écran, notamment pour les photographies, mais aussi les jeux collaboratifs.

Plus lisible et accessible, le volet de discussion instantanée s’adjoint à la prise en charge de l’enregistrement de séquences en haute définition.

En parallèle, le HTML5 s’ouvre aux développeurs soucieux d’assurer la compatibilité de leurs créations sur les plates-formes mobiles.

C’est une niche de plus pour Facebook, dont le panel d’inscrits tutoie les 800 millions d’internautes, dont près de 45% se connectent avec leur smartphone.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur