Facebook veut renforcer le contrôle des contenus offensants

Régulations
facebook-lutte-contenus-discriminatoires-filtrage-propagation

La direction du réseau social reconnaît les limites du dispositif de contrôle actuel pour endiguer la propagation de contenus discriminatoires. “Nous devons faire mieux et nous le ferons.”

Facebook veut renforcer le contrôle des contenus appelant à la haine et offensants (insultes, incitation à la haine, propos diffamatoires…) diffusé via le réseau social.

Lors de la conférence D11 en Californie, la directrice générale Sheryl Sandberg n’a pas remis en question le principe de l’anonymat (toléré).

Mais le fait de se cacher sous un pseudonyme pour propager des injures, des calomnies ou des propos nauséabonds fera l’objet d’un contrôle plus serré de la part des équipes de Facebook.

Auparavant, dans une contribution officielle sur le réseau social en date du 28 mai, Marne Levine, en qualité de Vice-Présidente chargée des affaires publiques* du groupe Internet, affichait sa volonté de “compléter son analyse et d’actualiser ses lignes directrices” sur le sujet au nom de la lutte contre les discriminations.

“Il apparaît que nos systèmes d’identification et de suppression des messages de haine ont échoué. Ils ne fonctionnent pas aussi efficacement que nous le voudrions, notamment à propos d’affaires de haine contre les femmes”, considère Marne Levine.

“Dans certains cas, le contenu n’est pas supprimé aussi rapidement que nous le voudrions. Dans d’autres cas, des contenus qui devraient être supprimés sont ou ont été évalués à partir de critères dépassés (…) Nous devons faire mieux et nous le ferons.”

Cette volonté d’ériger un contrôle plus strict en cas de dérapage survient alors qu’une campagne a été lancée aux Etats-Unis par le groupe Women, Action & The Media, qui proteste contre le présumé laxisme de Facebook dont certaines pages prônent la violence contre les femmes.

Un vaste débat entre lutte contre les dérives et la liberté d’expression si chère aux Etats-Unis.

Mais ce sujet de la lutte contre les contenus suscitant la haine pourrait déborder du cadre du territoire géographique des Etats-Unis.

Twitter en fait les frais en France avec des procédures de justice initiées par l’UEFJ pour incitation à la haine via la plateforme de microblogging..

*Titre officiel : VP of Global Public Policy
———————-

Quiz : Connaissez-vous vraiment les nouvelles fonctions de Facebook ?

————————
Credit photo : Shutterstock/com – Copyright : Yuriy Vlasenko


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur