Faceshift : l’atout d’Apple dans la réalité virtuelle ?

EntrepriseFusions-acquisitionsStart-up
apple-faceshift
4 1

Apple aurait fait l’acquisition de Faceshift, une start-up issue de l’École polytechnique de Lausanne et spécialisée dans la reconnaissance des expressions faciales.

Faceshift dans le giron d’Apple ? Ce n’est pas encore confirmé, mais on s’en approche.

En pointe sur ce dossier, MacRumors avait évoqué, début septembre, la « forte probabilité » que la firme de Cupertino se soit emparée de cette start-up suisse conceptrice de technologies de capture des mouvements appliquées plus particulièrement aux expressions faciales.

Plusieurs indices laissaient supposer de cette éventualité. En tête de liste, la réactualisation des statuts de l’entreprise, issue des laboratoires de l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

À la mi-août, les trois cofondateurs de l’entreprise (Thibaut Weise, Brian Amberg et Sofien Bouaziz) en avaient délégué la direction au dénommé Martin Frey, gestionnaire des opérations de fusion-acquisition pour Baker & McKenzie, un cabinet qu’Apple sollicite régulièrement, entre autres pour gérer ses marques déposées en Suisse.

Faceshift, qui travaille essentiellement avec des éditeurs de jeux vidéo et des studios d’animation, avait subitement fermé, en début d’année, son site Internet ; tout en fermant les écoutilles sur les réseaux sociaux. Son blog n’est plus alimenté depuis la mi-mars et un certain nombre d’employés ont mis à jour leur profil LinkedIn pour se signaler « à la recherche de nouvelles opportunités »… ou pour signifier leur entrée dans une nouvelle société.

TechCrunch a réuni des éléments supplémentaires qu’Apple n’a pas démentis. Un porte-parole de la multinationale a même prononcé LA phrase qui traduit généralement une acquisition : « Apple achète de temps à autre de plus petites sociétés technologiques et nous n’en détaillons généralement pas l’objectif. »

Faceshift avait intégré ses services dans des logiciels comme Maya et Unity via un plugin. Aux dernières nouvelles, ses travaux se portaient sur un greffon Skype destiné à reproduire en temps réel, via un avatar, l’expression faciale des participants à une discussion.

Le logiciel Faceshift doit être utilisé avec une caméra capable de capturer la profondeur de champ. Sur la liste des produits recommandés figurent le Xtion Pro Live d’Asus, le Kinect de Microsoft et le Carmine… de PrimeSense, qu’Apple connaît bien.

Le groupe américain avait effectivement acquis, fin 2013, cette start-up israélienne à l’origine des technologies de reconnaissance des mouvements implémentées dans le système Kinect. Un rachat qui faisait suite à celui du Suédois Polar Rose (reconnaissance des visages).

Une autre acquisition a été réalisée plus récemment dans le même domaine. Elle porte sur Metaio, une jeune entreprise allemande spécialisée dans la réalité augmentée.

Comment les technologies de Faceshift, capables d’analyser la rotation de la tête, la direction du regard ou encore la forme de la bouche, vont-elles s’imbriquer dans cet ensemble ? Apple héritera non seulement d’actifs, mais aussi de plusieurs brevets (voir ici ou ) dont la gestion avait déjà été transférée, cet été, à plusieurs firmes partenaires.

Crédit photo : Sergey Nivens – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur