Fedora Project dévoile sa nouvelle distribution Linux Fedora Core 6

Cloud

En prenant en charge la technologie de virtualisation Xen, Fedora se
rapproche progressivement de Red Hat Enterprise Linux.

Fedora Project, qui bénéficie du soutien de l’éditeur américain de solutions Linux Red Hat, vient de dévoiler sa distribution Linux Fedora Core 6. L’un des principaux changements concerne la prise en charge de la technologie de virtualisation Xen développée en open source. Le serveur d’entreprise Suse Linux de Novell supporte déjà la technologie Xen dans sa version 10 publiée en juillet dernier. Autre nouveauté : Linux Fedora Core 6 est désormais compatible avec les ordinateurs Mac basés sur des processeurs Intel qui sont commercialisés depuis le début de l’année.

C’est connu : Fedora est soutenu par Red Hat, la plus grande distribution Linux du monde. L’application sert de laboratoire de développement ouvert pour la distribution Red Hat Enterprise Linux (REL). La nouvelle version offre essentiellement à l’utilisateur un aperçu de ce qu’il pourra trouver dans la prochaine application Red Hat Enterprise Linux 5 annoncée pour décembre prochain.

“Fedora constitue un espace dans lequel nous pouvons comprendre, améliorer et exploiter toute la technologie open source la plus récente”, a indiqué Max Spevack, chef de projet Fedora. “Fedora nous sert de plate-forme de dévéloppement et REL constitue le service de support.” Selon lui, la distribution présente une avancée technologique d’environ un an et demie par rapport à REL.

Alors que la distribution REL est commercialisée sous forme d’abonnement annuel incluant un support client, les utilisateurs peuvent télécharger Fedora gratuitement. Red Hat n’offre aucun support commercial pour Fedora mais de nombreuses entreprises, organismes d’enseignement et agences gouvernementales l’exploitent de manière opérationnelle.
Malgré le sponsorship de Red Hat, Fedora garde le contrôle de son propre calendrier de développement, insiste Max Spevack.

Pour Fedora Core 6, le projet a décidé de remplacer l’outil Up2date par Yum. Les deux sont des gestionnaires de mise à jour qui permettent d’installer les nouveaux logiciels et les mises à jour. En revanche, l’outil Yum permet à l’utilisateur de télécharger et d’installer automatiquement de nouvelles applications à partir d’Internet dès que le système d’exploitation est mis en place.

Autre avantage de Yum : il permet de sélectionner un navigateur ou un outil de messagerie en dehors de ceux pré-définis. “Avec Yum, il est beaucoup plus facile d’ajouter à l’application Fedora de base tous les packages communautaires et les produits tiers disponibles. A présent, ces produits peuvent être ajoutés au système au moment de l’installation”, a confié Max Spevack à Vnunet.com.

“Le fait que Fedora utilise Yum montre clairement la supériorité du logiciel. Comparé à Up2date, la communauté Yum était plus importante et son utilisation est beaucoup plus simple.”, estime Max Spevack. Red Hat devrait rapidement emboîter le pas à Fedora et basculer à son tour sur Yum.

Max Spevack n’a pas été en mesure de fournir une estimation du nombre de systèmes fonctionnant sous Fedora. L’application a enregistré plus de 500 000 téléchargements sur le site Red Hat et réseaux Bittorent, mais elle est également disponible sur d’autres sites de tiers et sur des sites miroirs au niveau international. Red Hat projette à l’avenir d’assurer un suivi plus précis des installations et des téléchargements de l’application.

La prochaine version de Fedora est annoncée pour avril 2007. Fedora Project a d’ores et déjà entamé des discussions sur ses prochaines fonctionnalités. Max Spevack a laissé entendre que les outils d’installation pourraient encore évoluer pour permettre aux utilisateurs de mieux contrôler les applications ajoutées dès la première installation de Fedora.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 25 octobre 2006


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur