Feedback2.0, un outil pour sonder ses clients en ligne

Cloud

Cette plate-forme de dialogue en ligne, proposée en marque blanche, permet d’interroger les internautes sur de nombreux thèmes à vocation commerciale.

Demander aux salariés leur avis sur le nouveau positionnement de l’entreprise… Interroger des clients sur les améliorations à apporter à un produit… Ou ce qu’ils pensent d’un nouveau service… Avant, il y avait les questionnaires papier que l’on diffusait dans les bureaux ou à la sortie des magasins. Aujourd’hui, il y a le Web et surtout le Web 2.0, où l’interactivité est reine.

Fort de ce constat, deux entrepreneurs, Stéphane Lee, un ingénieur de 41 ans en informatique de l’Essi Sophia Antipolis et Eric Dos Santos, 43 ans, ont créé en juillet 2006 la société Dimelo, basée dans le XVème arrondissement de Paris et à Meudon (Hauts-de-Seine).

Dimelo commercialise une plate-forme de sondage en ligne, baptisée Feedback2.0. “C’est un espace de dialogue professionnel que les entreprises peuvent utiliser pour recueillir des informations auprès de leurs clients sur un thème précis”, détaille Eric Dos Santos. Feedback2.0 est proposé en marque blanche. De nombreuses possibilités de personnalisation permettent d’adapter l’outil aux besoins et aux impératifs de communication de chaque entreprise.

Lancée sur les fonds personnels des deux fondateurs, Dimelo s’est rapidement auto-financée, grâce aux nombreuses retombées clients. “Nous comptons aujourd’hui une soixantaine de clients, parmi lesquels le groupe Caisse d’Epargne, Renault, National Citer, Mappy ou Groupama”, assure Eric Dos Santos.

La SNCF a ainsi créé un espace sur Internet où les usagers peuvent interroger directement les cheminots. Symantec a également entamé sur le web un dialogue avec les internautes sur la sécurité informatique. Tandis que Petzl, un fabricant de matériel pour l’alpinisme et l’escalade, a envoyé sa nouvelle lampe frontale à une centaine de sportifs et leur a demandé de donner leur avis sur internet.

Première levée de fonds

Forts de cette réussite, Stéphane Lee et Eric Dos Santos ont procédé en février dernier à une levée de fonds de deux millions d’euros auprès d’Innovacom, le fonds d’investissement en capital-risque de France Telecom. Cet argent servira à accélérer le développement technique et commercial de l’entreprise. “Nous sommes actuellement douze personnes et nous espérons être près d’une vingtaine d’ici à la fin de l’année”, annonce Eric Dos Santos.

Dimelo va viser en priorité les start-up du monde entier. “Nous allons sortir un produit qui leur sera entièrement dédié”, poursuit le directeur général de la petite entreprise. Un gros effort de communication sera alors fait on-line. Un spécialiste du marketing sur internet cherche déjà à faire parler de Dimelo/Feedback2.0 sur des blogs américains comme TechCrunch.

Si l’on ne parle de vous sur les sites américains, vous n’existez pas, même pour les Français”, prévient Eric Dos Santos. Celui-ci affirme, pour l’instant, ne craindre que la concurrence – indirecte – d’une société américaine, Getsatisfaction. “Elle ne fonctionne pas sur le même modèle : elle invite les clients à parler d’une marque, puis tente de revendre ces informations aux firmes concernées”, constate Eric Dos Santos.

Les OpinionWay et autres instituts de sondage en ligne ? Le risque serait plutôt pour eux, estime le co-fondateur de Dimelo. “Des instituts de sondage s’intéressent à notre technologie pour faire des sondages à notre façon”, sourit-il…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur