Fermes de contenus : Mahalo procède à des licenciements “à cause de Google”

Cloud

Les changements dans l’algorithme de Google provoquent des dégâts. Face à la perte de trafic et donc de revenus, Mahalo, “moteur de recherche humain”, prend des mesures drastiques.

Les changements apportés par Google à son algorithme d’indexation et de positionnement ne sont guère appréciés.

Le moteur a récemment engagé une véritable chasse aux fermes de contenus jugées parasitaires.

Les premières retombées liées à cette évolution se sont faites sentir comme l’a démontrée une contribution de Sistrix.

Cette société allemande spécialisée dans l’analyse de mots-clés sur les moteurs (SEO) a établi une liste des 25 générateurs de contenus en ligne qui ont perdu en influence après le rafraîchissement de Google.

Aux Etats-Unis, Mahalo se considère comme une victime. Le “moteur de recherche humain” – dont le trafic dépend majoritairement de Google – a perdu 84% de son trafic, ce qui représente une perte sèche en termes de revenus générés.

La répercussion au niveau de l’activité est immédiate : la société Internet a décidé de licencier 10% de ses équipes pour éviter une mort subite.

C’est ce qu’explique son fondateur Jason Calacanis dans un e-mail envoyé à ses salariés (quelques extraits ont filtré sur le Web).

Ce n’est pas la première fois que Mahalo procède à un ré-ajustement de son effectif. En 2008, il avait décidé de licencier 10% de son personnel en raison de la crise économique globale.

Cette- fois-ci, en raison du courroux de Google, la société Internet veut réduire les dépenses d’exploitation et revoir le mode de contribution-rémunération des producteurs de contenus indépendants. Tout en opérant un virage vers des “Comment faire” (how to) en vidéo.

Ironie de l’histoire : Mahalo est partenaire de YouTube (propriété de Google) pour la publication de ses contenus.

(lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur