Fibre optique à domicile : l’adoption lente

CloudRéseauxTrès haut débit

L’ARCEP recense 15 000 nouveaux comptes FTTH au premier semestre 2010 (dont 10 000 au deuxième trimestre). Elle recense désormais 90 000 comptes pour la fibre optique à domicile.

La progression des abonnés très haut débit progresse lentement en France.

Selon son nouvel “Observatoire du haut et très haut débit sur réseaux fixes” scrutant l’évolution au deuxième trimestre 2010, l’ARCEP recense 30 000 nouveaux abonnements THD.

A fin juin, on arrive à un bassin de 365 000 comptes Internet pouvant accéder à des connexions de 100 Mbit/s (théoriques). C’est une progression de 30 000 abonnements THD sur le seul deuxième trimestre.

L’ARCEP préfèrerait voir des signes plus forts sur le front de l’adoption de la fibre à domicile (acronyme FTTH en anglais).

Elle en recense 90 000 à son dernier pointage (+ 10 000 sur le seul deuxième trimestre).

C’est tout de même plus encourageant par rapport au premier trimestre : 75 000 abonnements FTTH (+ 5000 entre janvier et mars).

En s’appuyant sur des accès en fibre optique avec terminaison en câble coaxial, le câblo-opérateur Numericable dispose d’un avantage par rapport à ses concurrents venus des réseaux cuivre (Orange, SFR, Free…).

Il vient de lancer une nouvelle offensive commerciale mi-août autour de sa NCbox.

Il est en mesure d’absorber la plus grosse partie des 75 000 abonnements très haut débit (+20 000 sur le seul deuxième trimestre).

La course au très haut débit ne fait que commencer, rappelait l’ARCEP au printemps au regard du cadre règlementaire qui n’est pas encore totalement stabilisé en fonction des territoires et des zones démographiques et des ambitions gouvernementales en la matière.

Dossier spécial : Fibre optique : la ruée vers le très haut débit


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur