Fibre optique : Paris dispose d’une convention-type pour gérer les relations opérateurs – bailleurs

Cloud

Le texte, qui suit les recommandations de l’ARCEP, vient d’être adopté par le Conseil de Paris. Il devrait favoriser le déploiement du très haut débit dans la Capitale.

“D’ici la fin de la mandature, tous les Parisiens auront la possibilité de se raccorder à la fibre optique”, a promis Jean-Louis Missika, Adjoint chargé de l’Innovation, de la Recherche et des Universités à la Mairie de Paris.

Petit calcul : ré-élection de Bertrand Delanoé en tant que Mairie de Paris en 2008. Durée du mandat : six ans. Rendez-vous est pris en…2014.

Le chemin est encore long pour que chaque habitant dans la Capitale dispose d’une prise raccordable au très haut débit.

Mais Jean-Louis Missika considère que Paris reste en avance dans le domaine du très haut débit par rapport aux autres capitales européennes voire au-delà.

En l’état actuel, on considère que 70 000 immeubles sont accessibles en fibre optique à domicile (Fiber To The Home ou FTTH) sur Paris.

“Nous serons peut-être la première ville fibrée multi-opérateurs. Il y a une bataille avec Seoul”, déclare le représentant de la Mairie de Paris.

Le Conseil de Paris adopte la “convention-type THD”

Jeudi 10 décembre, en compagnie des opérateurs et des principaux bailleurs sociaux, Jean-Louis Missika a organisé un point presse pour présenter une proposition de convention “portant sur l’installation, la gestion, l’entretien et le remplacement des lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique”.

Etape suivante : mardi 15 décembre dans l’après-midi, le Conseil de Paris, qui est compétent pour régler, par ses délibérations, à la fois les affaires de la commune et celles du département, a définitivement approuvé le texte.

Cette convention-type devrait permettre d’accélérer le déploiement mutualisé dans les immeubles parisiens (même s’il reste des questions en suspens comme le choix mode mono-fibre ou multi-fibre à l’intérieur des immeubles).

Elle définira les relations entre les bailleurs (syndicats de co-propriété, bailleurs sociaux et autres organisations dédiées) et les opérateurs télécoms qui ont pris position dans le très haut débit : Orange, SFR, Iliad-Free et Numericable.

Côté bailleur, la Mairie de Paris s’est concertée avec trois organismes bailleurs sociaux représentant 300 000 foyers parisiens : Paris Habitat, SGIM et RIVP.

(lire la fin de l’article page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur