FIC 2010 : hausse du nombre de sites Internet incitant à la pédo-pornographie

CloudRégulations

Selon la Commission européenne, on recense chaque jour 200 nouvelles images pédo-pornographiques sur le Web. Bruxelles veut instaurer des règles plus strictes contre ce fléau.

Alors que le quatrième Forum Internationale sur la Cyber-criminalité  (FIC 2010) ouvre ses portes demain à Lille, la Commission européenne pousse une nouvelle réglementation plus stricte pour sanctionner les personnes coupables d’abus sexuels sur des enfants.

Dans le collimateur, c’est le “grooming” (le fait d’entamer des discussions avec des enfants à des fins sexuelles) et le “tourisme sexuel” (des poursuites seront engagées même si les actes ont été commis hors du territoire de l’UE).

L’accès Internet est au coeur des débats pour la diffusion illicite de contenus pédo-pornographiques : téléchargements, simples visualisations en streaming ou l’exploitation d’enfants pour des poses à caractère sexuel devant des webcams).

Un phénomène inquiétant, selon la Commission européenne qui estime que le nombre de sites Internet incitant à la pédo-pornographie est en hausse. Chaque jour, on recense 200 nouvelles images à caractère pédopornographique sur le Web.

Bruxelles le reconnaît : il très difficile de supprimer à la source le contenu des sites Internet à caractère pédo-pornographique. Surtout si les serveurs sont situés en dehors de l’espace de l’UE.

Selon la nouvelle réglementation inspirée par la Commission européenne, “les États membres seront obligés de veiller à ce que l’accès à de tels sites puisse être bloqué”.

Libre aux États membres de choisir la procédure de filtrage. Ainsi, en France, un système de blocage des sites pédo-pornographiques est prévu dans le cadre du projet de loi LOPPSI 2.

“La réponse de l’UE ne saurait être ni trop claire ni trop ferme. Quelles que soient les actions qu’elle peut entreprendre contre ce fléau, l’UE doit agir et agira”, a déclaré Cecilia Malmström, commissaire chargée des Affaires intérieures.

Le Parlement européen et le Conseil des ministres de l’UE vont prendre le relais pour contribuer à cette nouvelle règlementation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur