Fil High-Tech : IBM, Sony et Toshiba confirment leur union autour des processeurs Cell

Mobilité
Information - news

Et aussi : Rootkit: plaintes de Sony localisées au Canada – Ecrans plats: Sharp talonne Matsushita dans les annonces – e-Commerce: deux condamnations judiciaires pour Cdiscount.

Processeurs Cell: IBM, Sony et Toshiba confirment leur union

IBM, Sony et Toshiba renouvellent leur alliance dans la production de processeurs Cell, qui va équiper la future console de jeux vidéo Playstation 3 attendue mi-2006. Plus globalement, le trio d’acteurs high-tech prévoit de développer des puces destinées aux produits dédiés du divertissement numérique. D’un point de vue technologique, la coentreprise va se concentrer sur la mise sur le marché de processeurs nouvelle génération gravés en 32 nanomètres et au-delà. Depuis le début de leur collaboration en 2000, les trois groupes ont investi 400 millions de dollars (voir édition du 8 février 2005).

Rootkit: plaintes de Sony localisées au Canada

Selon Slyck.com, trois plaintes ont été initiées à l’encontre de Sony-BMG au Canada: une au Québec en novembre 2005 et les deux autres sont localisées dans l’Ontario et la Colombie-britannique. Les poursuites porteraient sur le procédé anticopies sur les CD de la major qui abriterait un rootkit mais aussi la technologie MediaMax considérée comme un spyware. Aux Etats-Unis, Sony-BMG tente d’apaiser la tension avec un geste commercial (voir édition du 10 janvier 2006).

Ecrans plats: Sharp talonne Matsushita dans les annonces

Après les ambitions dévoilées par Matshushita (voir brève du 10 janvier 2006), son homologue japonais Sharp compte investir 1,44 milliard d’euros pour développer la production d’une nouvelle usine d’écrans plats dans l’Ouest du Japon. Elle devrait démarrer ses activités en octobre prochain.

e-Commerce: deux condamnations judiciaires pour Cdiscount

Selon l’agence de presse AP, CDiscount, l’un des principaux sites marchands français connus pour ses produits à bas coûts, a fait l’objet de deux condamnations pour publicité mensongère et infraction à la législation sur les soldes. Lundi, le tribunal correctionnel de Bordeaux (Gironde) a condamné le site marchand à une amende de 20 000 euros. Son PDG Christophe Charle a aussi été sanctionné à hauteur de 3 000 euros pour publicité mensongère. La justice a dénoncé des pratiques déloyales en ce qui concerne la livraison des produits. Autre litige résolu : CDiscount doit payer 10 000 euros d’amende – dont 5 000 euros avec sursis – pour ne pas avoir respecté la date des soldes. En revanche, la société, filiale du groupe de grande distribution Casino, a été relaxée pour une troisième accusation liée à des annonces avec des prix barrés non justifiés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur