Fil High-Tech : Milka.fr passe du monde de la couture à celui de l’agroalimentaire

Mobilité

Et aussi : L’Etat n’est plus actionnaire de Bull – Opodo poursuit ses acquisitions en Europe – Le fondateur de Dégriftour revient dans l’e-tourisme – P2P : Les FAI forcés de communiquer les noms des pirates aux maisons de disques.

Milka.fr passe du monde de la couture à celui de l’agroalimentaire Lundi 14 mars, le tribunal de grande instance de Nanterre a sommé Milka Budimir, qui exerce la profession de couturière, de transférer le nom de domaine milka.fr au groupe agroalimentaire américain Kraft Foods, propriétaire de la célèbre marque de chocolat Milka. Milka Budimir dispose d’un délai d’un mois pour se soumettre à cette décision, sous peine d’une astreinte de 150 euros par jour. Ce nom de domaine avait été acquis légalement en décembre 2001 afin de faire la promotion de ses deux boutiques Milka Couture situées dans la Drôme.

L’Etat n’est plus actionnaire de Bull
Le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et des Finances a procédé à un placement accéléré de sa participation résiduelle (2,89%) dans le groupe informatique français Bull. Ce qui a permis à l’Etat français de récupérer un peu plus de 19 millions d’euros de cette transaction. Avec cette opération, l’Etat vient de se désengager complètement du capital de Bull.

Opodo poursuit ses acquisitions en Europe
Opodo, le voyagiste en ligne européen, rachète 100% du capital Travellink, une agence de voyages en ligne bien positionnées en Scandinavie, ainsi que 100% de Eviaggi, un équivalent italien. Le montant des transactions n’a pas été révélé. En février, Opodo, propriété du GDS européen Amadeus, a repris les services Karavel.com et Promovacances.com pour un montant de 60 millions d’euros.

Le fondateur de Dégriftour revient dans l’e-tourisme
Pierre Alzon, fondateur du service Dégriftour (racheté par Lastminute dans le courant de l’été 2000), prend les fonctions de directeur général de la filiale France de Travelocity, un spécialiste américain du voyage en ligne. Fin 2004, Travelocity avait lancé la marque Odysia sur le marché français.

P2P : Les FAI forcés de communiquer les noms des pirates aux maisons de disques
Au Royaume-Uni, six fournisseurs d’accès Internet se voient contraints par voie de justice de divulguer l’identité de 31 personnes accusées d’avoir mis à disposition un volume conséquent de fichiers musicaux sur les réseaux peer to peer comme Kazaa, eDonkey et Soulseek. Ils doivent communiquer ses informations à la British Phonographic Industry (BPI), l’équivalent du Syndicat national des éditeurs phonographiques en France.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur