Financement de la fibre : Iliad-Free peut toujours compter sur la BEI

Gestion réseauxOpérateursRégulationsRéseauxTrès haut débit
iliad-free-fibre-deploiement-financement-BEI
0 0

La Banque européenne d’investissement accorde à Iliad-Free un financement de 200 millions d’euros pour étendre le déploiement de son réseau fibré en France.

La Banque européenne d’investissement (BEI) renouvelle sa confiance à Iliad-Free pour le déploiement de la fibre à domicile en France.

Le groupe télécoms de Xavier Niel a reçu un financement de 200 millions d’euros pour le déploiement des réseaux très haut débit fixes en France.

Ce montant intègre aussi un apport du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI en anglais, dit Plan Juncker). Un levier qui permet d’obtenir des crédits avec des « conditions financières attractives ».

La feuille de route est fixée : le financement de la BEI a vocation à soutenir le déploiement du réseau fibre optique en vue d’une exploitation FTTH (acronyme de Fiber To The Home) sur le territoire national jusqu’à fin 2018.

A cette échéance, Iliad/Free compte raccorder 9 millions de foyers à la fibre à domicile dans les zones très denses (ZTD) et dans les zones moyennement denses (ZMD) selon la terminologie ARCEP.

Le groupe Iliad-Free devrait en dire plus sur sa stratégie de déploiement de la fibre à l’occasion de la présentation prochaine de ses résultats financiers de l’année 2016 (prévue le 7 mars).

C’est la troisième étape du financement dédié à au THD par la BEI. En août 2012, un accord avait été signé pour un montant similaire (200 millions d’euros). Il faisait suite à une première convention remontant à 2010 (150 millions d’euros à l’époque).

Au total, l’opérateur télécoms a bénéficié d’un soutien d’un demi-milliard de la part de fonds européens au nom de l’essor de la fibre.

L’Union européenne concrétise son soutien à la « stratégie 2020 » qui intègre des volets de services numériques et de réseaux de très haut débit.

La Commission européenne s’engage notamment que tous les citoyens européens bénéficient d’ici 2020 d’un accès au haut débit à 30 Mbit/s et que 50% des foyers européens disposent d’abonnements offrant un débit supérieur à 100 Mbit/s.

Un soutien qui est toujours bon pour la France car il sera difficile de respecter le timing du Plan France Très Haut Débit : la Cour des Comptes estime que la couverture de 100 % des logements en très haut débit fixe à horizon 2022 (objectif déterminé par l’Etat) semble un cap irréel au regard des moyens consentis. Un sujet stratégique qui mériterait un focus en pleine campagne présidentielle.

En 2016, la BEI a contribué à hauteur d’un milliard d’investissement pour le développement du THD en France. 58 projets d’investissement ont été approuvés en France depuis le début de ce plan européen.

(Crédit photo : Iliad)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur