Financement start-up : les business angels plutôt mordants en 2015

EntrepriseFiscalitéLégislationRégulationsStart-up
fibamy-barometre-business-angels-start-up
5 12

Baromètre FIBAMY (ISAI) : les business angels se sont montrés plutôt actifs en 2015 avec des trimestres à nuancer et des perspectives guère reluisantes.

Manuel Valls le rappelait encore au Salon des Entrepreneurs la semaine dernière. La France a besoin de business angels et de « tech-entrepreneurs » pour accompagner les start-up.

Le baromètre FIBAMY du fonds ISAI a pris le pouls de ses investisseurs individuels sur l’année 2015.

Leur activisme est à nuancer en fonction des séquences de l’année : démarrage 2015 décevant, puis rebond au deuxième et troisième trimestres et un fléchissement à la fin.

Le contexte des attentats en France à la mi-novembre a refroidi des pans entiers d’activités en France.

Malgré des soubresauts, la tendance globale vue par le prisme du FIBAMY demeure bonne sur l’année.

Il inciter davantage les business angels à s’engager, au-delà des dispositifs fiscaux mis en place comme l’ISF-PME. Le gouvernement planche sur de nouvelles pistes pour consolider la phase d’amorçage (early stage, love money).

Ce ne sera pas évident au regard de la Bourse qui jongle entre morosité et fébrilité. La majeure partie des introductions en Bourse de sociétés high-tech sont figées.

On peut donc s’attendre à ressentir une certaine frilosité dans le prochain baromètre FIBAMY couvrant le premier trimestre 2016.

Quelques éléments encourageants ressortent de l’année 2015 : le montant global investi par les business angels progressent de 35% comparé à 2013, le nombre d’opérations qui fait intervenir des BA progressent de 12%, les réseaux de business angels se sont montrés plus actifs au second semestre (part de marché de 15% sur l’ensemble des levées de fonds recensées).

Tandis que le crowdfunding s’enracine (10% des opérations de financement de start-up en 2015, contre 6% en 2014).

Jean-David Chamboredon, Président Exécutif d’ISAI (que l’on présente comme « le fonds des Net-entrepreneurs »), considère qu’à PIB égal, l’activité des business angels en France est 25 fois moins développée qu’aux Etats-Unis et 10 fois moins que le Royaume-Uni.

Méthodologie baromètre FIBAMY
Dans le cadre de la gestion de son fonds dédié « amorçage – post-amorçage » dans le secteur internet, ISAI traque l’ensemble des levées de fonds « early stage » du secteur internet annoncées par les médias IT (dont ITespresso.fr). Les éléments chiffrés reprennent ainsi depuis début 2011, l’ensemble des tours de table dont les « leaders » sont des business angels (personnes physiques ou holdings). Ils sont agrégés si les tours de table – d’un montant inférieur à un million d’euros – sont révélés.

 

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur :  ImageFlow)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur