Firefox 36 : place au HTTP/2

Gestion réseauxPoste de travailRéseaux
firefox-36

Destiné à accélérer le chargement des pages Web, le protocole HTTP/2 est intégralement pris en charge par Firefox 36.

Firefox 36 a fait son entrée en version stable ce 24 février, sur Windows, OS X et Linux.

Intégré de façon expérimentale dans les deux précédentes moutures du navigateur, le HTTP/2 est désormais intégralement pris en charge et activé par défaut. En cours de standardisation, ce protocole d’accélération du chargement des pages Web reprend les avancées apportées par le SPDY (prononcer “speedy”), que Google avait présenté en 2009.

Pour diminuer la latence côté utilisateur tout en minimisant l’usage de ressources serveur et réseau, le HTTP/2 utilise un système de flux indépendants multiplexés, gère plus finement les priorités de chargement et compresse les en-têtes HTTP (confer la dernière révision des spécifications validées par l’Internet Task Engineering Force).

A noter que le HTTP/2 ne sera supporté que pour les connexions chiffrées exploitant au moins le protocole de communication TLS 1.2.

Parmi les autres autres évolutions mentionnées sur les notes de version, la possibilité de synchroniser, grâce aux comptes Firefox, les vignettes épinglées sur l’écran de démarrage. Mais aussi l’ajout de la locale ouzbèke dans la liste des langues supportées.

Mozilla annonce aussi quelques changements en matière de gestion des certificats et des clés de chiffrement… ainsi que diverses modifications qui peuvent affecter la compatibilité de certains modules complémentaires.

Les correctifs de sécurité sont assez nombreux dans cette nouvelle version. Pas moins de 17 failles colmatées, dont deux critiques permettant potentiellement à des tiers de voler des données en déclenchant un dépassement de capacité mémoire via la bibliothèque libstagefright lors de la lecture de vidéos MP4 ou lors de l’appel à certains contenus Web via le système de gestion de bases de données transactionnel IndexedDB.

Du côté des développeurs, on peut noter l’implémentation finalisée de plusieurs propriétés CSS3, dont will-change, qui permet de déclarer au navigateur que certains éléments d’une page seront modifiés. Firefox peut alors “se préparer” en allouant les ressources nécessaires.

Les nouveautés introduites avec la version 35 – lancée à la mi-janvier – sont reconduites. En tête de liste, le service de visioconférence et de VoIP Firefox Hello, basé sur la technologie WebRTC. Mais aussi Firefox Share, qui consiste en l’intégration des réseaux sociaux dans la barre d’outils du butineur.

Crédit photo : comeon – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur