FireWire à l’assaut des équipementiers chinois ?

Mobilité

La Chine et Taiwan sont devenus l’El Dorado de l’électronique : tous deux font partie des plus gros producteurs d’équipements périphériques pour ordinateurs. D’où les négociations menées par l’IEEE pour tenter de leur faire adopter le bus FireWire.

Du 8 au 14 avril prochain se tiendront à Pékin et à Shanghai, deux réunions commerciales réalisées dans le cadre d’une délégation de l’industrie américaine de l’électronique. Elles sont notamment destinées à faire adopter par l’association chinoise des standards électroniques la technologie Firewire, inventée par Apple, utilisée par Sony sous le sobriquet i-Link et élevé au rang de standard par l’IEEE sous le numéro 1394. L’association de commercialisation de cette norme est en route pour la Chine pour pousser celle-ci à adopter son standard. L’association chinoise des standards électroniques s’avère l’autorité chargée de donner son accord à l’introduction de nouveaux standards et de nouvelles normes dans les périphériques fabriqués en Chine. Il faut dire que ce pays est devenu, avec Taiwan, l’un des plus gros fabricants de périphériques électroniques. La production chinoise, qui a profité des délocalisations d’entreprises occidentales, varie du simple fax aux imprimantes en passant pas les appareils photo numériques ou les unités de stockage comme les disques durs ou les graveurs de CD. Elle produit également désormais des écrans plats TFT.

Le déplacement de l’association de l’IEEE 1394 n’a donc pas peu d’envergure : si la norme est adoptée, elle ouvre la voie à son utilisation massive dans les instruments électroniques de la vie moderne. Parmi eux les téléviseurs pour la HDTV, la télévision numérique de haute définition. Ceux-ci pourraient être connectés plus facilement aux caméra vidéo numériques dont les ventes continuent d’augmenter. Dans cette perspective, et grâce au potentiel d’augmentation de la bande passante de Firewire, aujourd’hui à 50 Mo par seconde et devant atteindre demain les 400 (voir édition du 28 août 2001), ainsi que ses facultés de mise en réseau, la norme est susceptible de prendre la place des connecteurs RCA voire du câble coaxial ! Un enjeu de taille que l’USB 2.0 cherche à lui dénier en tentant de soutenir une concurrence tardive. Mais le potentiel de la norme soutenue par Intel apparaît aujourd’hui bien moindre (voir édition du 28 mars 2002). L’adoption de Firewire par les autorités chinoises ne laisse donc pas vraiment de doute, d’autant plus qu’outre le potentiel technique, le potentiel de marché est immense. Une opération juteuse que l’association chinoise ne manquera pas de remarquer…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur