FireWire aux portes de l’industrie automobile

Mobilité

L’invention d’Apple, à la base des spécifications de la norme IEEE 1394, vient de franchir un pas supplémentaire en s’assurant le soutien d’un groupe de travail technique très influent du secteur de l’automobile, l’AMI-C. L’évolution des propositions de l’association de commercialisation de la norme rend son utilisation industrielle possible. Des tests vont avoir lieu.

Surprise à Bloomfield Hills dans le Michigan, début mai dernier : ainsi que le rapporte Business Wire, l’association des acteurs du secteur de l’automobile chargée de définir des spécifications et de trouver des solutions pour permettre l’utilisation de services et systèmes multimédias dans des véhicules (l’AMI-C pour collaboration sur l’interface automobile), s’est vue présenter de nouvelles évolutions de la norme IEEE 1394 destinée à l’automobile. L’association de commercialisation de cet autre nom de FireWire, inventé par Apple au milieu des années 80, se dit prête à produire des composants spécifiques à l’industrie automobile, comme des répéteurs pour fibre optique, mais aussi des câbles et des connecteurs destinés à l’infrastructure des réseaux 1394. Pour le moment, seuls des prototypes d’automobiles avaient été présentés (voir édition du 18 octobre 2000).

Les véritables avancées concernent la définition de protocoles pour l’utilisation de la spécification destinée au monde de l’automobile. Cette spécification de l’IEEE 1394 permet d’inclure deux couches physiques : un backbone en fibre optique pour l’architecture réseau dans les véhicules et des connecteurs destinés aux utilisateurs. Cet ensemble de définitions couvre la topologie, la gestion de l’énergie et les protocoles nécessaires. Les définitions actuelles gardent les débits définis par la norme 1394b, de 400 Mo/s. Toutefois, l’extension à la définition 1394b – permettant d’atteindre les 800 Mo/s et plus – est déjà envisagée (voir édition du 17 avril 2001).

Un soutien presque acquis“Il semble que les spécifications 1394 aient bien progressé en direction des exigences de l’industrie automobile pour des utilisations dans les véhicules”, souligne Mike Noblett, le responsable du programme de l’AMI-C. Les travaux de l’association soutenant l’IEEE 1394 (voir édition du 21 juin 2000) approchent désormais les conditions requises pour fonctionner dans un environnement automobile, notamment en ce qui concerne la compatibilité et les interférences électromagnétiques. Du coup, Mike Noblett précise que si les questions d’interopérabilité et de compatibilité magnétiques étaient résolues, le soutien de l’AMI-C serait acquis, ouvrant la porte à l’utilisation des spécifications de l’IEEE 1394 dans le secteur de l’automobile. D’autre part, la possibilité d’utiliser le cuivre comme support physique de transport des données plait énormément aux constructeurs en raison de son coût très bas.

Ces tractations auront une portée non négligeable si elles aboutissent dès cet été, ainsi que prévu. Elles signifient que cette norme a atteint un niveau industriel, à l’inverse de l’USB 2.0, la technologie concurrente dont les capacités se sont vues récemment mises en cause par Microsoft. L’entrée en force de FireWire dans les voitures signifie à terme la possibilité d’utiliser, sur un réseau interne au véhicule, l’ensemble des appareils supportant un port FireWire. Bien sûr, on pense aux caméscopes numériques, mais des écrans, des services ou des systèmes de navigation pourront en profiter également. Les ordinateurs portables aussi, à condition qu’ils ne consomment pas trop d’énergie, une denrée difficile à fournir en voiture. Pour cette raison, les portables Apple, moins consommateurs que leurs frères PC, sont bien placés pour ces utilisations embarquées. L’automobile, le levier d’Apple pour atteindre les 10 % de parts de marché ?

Pour en savoir plus :Le site de l’association de commercialisation de 1394 (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur