Firewire prêt à endiguer USB 2.0

Mobilité

Comme prévu par les plans de développement il y a trois ans, les débits devraient doubler sous peu grâce à l’approbation des spécifications du nouveau Firewire, l’IEEE 1394b. Il ne manque plus que la validation de chacun des membres de l’association pour voir apparaître les premiers produits. Cette annonce ne fait pas le bonheur de l’USB 2.0, qui n’est pas encore finalisé.

Jusqu’à huit fois plus vite, c’est ce que promet l’IEEE 1394b, l’évolution de la norme mieux connue sous son sobriquet “Firewire” par les utilisateurs de Mac ou “I-Link” par les possesseurs de produits Sony. Se basant sur une technologie développée par Apple dans les années 80, l’IEEE 1394b pourra donc atteindre des débits de 3,2 Gbits/s sur des supports allant jusqu’à de la fibre optique plastique ! La compatibilité avec l’actuel standard est à l’ordre du jour, grâce à l’utilisation de puces “bilingues” qui pourraient ne pas être choisies toutefois par tous les constructeurs de produits tiers. La compatibilité dépendra essentiellement de l’utilisation ou non de ces puces, fabriquées entre autres par Agere Systems ou Texas Instruments. Il est vraisemblable que nombre de constructeurs désireront profiter de la compatibilité ainsi offerte, mais il est également possible que certains produits ne soient pas compatibles avec la première mouture de Firewire (voir édition du 21 juin 2000).

L’USB 2.0 se fait attendre

Au même moment, l’USB 2.0 trébuche et peine à sortir des limbes. Ce standard promet un débit de 480 Mo/s, soit 80 Mo/s de plus que l’actuelle version de l’IEEE 1394 et 40 fois plus que l’USB 1.0. La seconde génération de l’USB est un peu plus en avance que le standard à venir de l’IEEE, mais les quelques sautes d’humeur de Microsoft concernant son implémentation dans la prochaine version grand public de Windows lui ont porté un coup et ont eu tendance à le voir considéré comme caduc (voir édition du 16 mai 2000). Reste que l’USB 2.0 est tout de même attendu par nombre d’utilisateurs sur quelques périphériques comme certains disques durs (le débit fourni par l’USB 1.0 s’avère “léger” pour bon nombre de systèmes de stockage), certains scanners et quelques imprimantes.

Y aura-t-il confrontation entre ces deux solutions de raccordement ? Seulement à la marge, s’accordent à penser les experts qui ne voient pas les utilisateurs passer d’un standard à l’autre maintenant que les taux d’équipement ont commencé à croître et que les constructeurs ont adopté une technologie plutôt que l’autre. Ainsi en est-il des caméras vidéo digitales, qui auraient pu être tentées de passer à l’USB mais qui profiteront bien mieux des possibilités d’extension de la norme de l’IEEE leur assurant les meilleurs débits potentiels.

Pour en savoir plus :Le site de l’Association de commercialisation de l’IEEE 1394 (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur