Flash reste toujours une technologie non grata sur l’iPhone

CloudMobilitéSmartphones

Avec l’arrivée du SDK de l’iPhone OS 4.0, Apple interdit formellement aux développeurs d’utiliser notamment les outils d’Adobe, dont Flash, pour créer de nouvelles applications.

La guerre ouverte entre Adobe et Apple se poursuit. La firme de Cupertino a en effet profité de la récente sortie de l’OS iPhone 4.0 pour modifier les conditions d’utilisation du SDK (Software Development Kit) à l’attention des développeurs.

Apple fait ainsi remarquer que les applications créées à partir de ce kit de développement logiciel ne devront pas supporter la technologie Flash d’Adobe puisqu’elle ne pourront être codées qu’à partir de langages de programmation comme JavaScript, C, C++ et Objective-C.

Mais il n’est pas non plus possible pour les développeurs d’avoir recours à des outils comme MonoTouch, Unity ou Titanium pour mettre au point des applications pour l’iPhone.

Flash n’est donc toujours pas le bienvenu sur l’iPhone et les autres produits d’Apple, comme l’iPad. Ce n’est pas une surprise, puisque Steve Jobs ne cache pas depuis plusieurs mois son hostilité à l’égard des technologies développées par Adobe.

Selon le P-DG d’Apple, la technologie Flash est bourrée de bogues et constitue “une source de failles de sécurité”. En outre, Flash serait déjà une technologie démodée, qui ne résistera pas à l’expansion du HTML 5 ces prochaines années.

Ces conditions d’utilisations restrictives du SDK de l’iPhone OS 4.0 débarquent au moment où Adobe s’apprête à dégainer sa suite Flash Creative Suite 5. Flash CS5 devrait notamment offrir des outils capables d’exporter une application Flash CS5 pour créer une application pouvant tourner sur l’iPhone.

Face à ce nouveau coup de bambou, Kevin Lynch, le CTO (Chief Technology Officer) d’Abobe, reste pragmatique et explique sur le blog de l’éditeur que “la possibilité de packager une application pour l’iPhone l’iPad est une des fonctions proposées dans un des produits de l’offre CS5. CS5 contient 15 grandes applications, qui intègrent elles-mêmes des  centaines de nouvelles fonctionnalités et une tonne d’innovations”.

“Nous voulons continuer à proposer cette fonctionnalité dans CS5 et c’est à Apple de décidé si oui ou non il validera les applications au fil de ses changements de règles”.

La guerre des tranchées entre Apple, Adobe et les développeurs ne fait que commencer…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur