Fluo lève 2 millions d’euros : mission AssurTech pour le Crédit Mutuel Arkéa

Big dataData-stockageEntrepriseLevées de fondsStart-up
fluo-levee-fonds

À l’origine d’un comparateur d’assurances historiquement axé sur les garanties associées aux CB, Fluo boucle un tour de table qu’emmène le Crédit Mutuel Arkéa.

Une référence de plus au portefeuille FinTech du Crédit Mutuel Arkéa.

Après avoir mis ses billes dans Linxo (agrégation et analyse de données financières), Younited Credit (prêts de particuliers à particuliers), Finansemble (coach financier en ligne exploité sous la marque Grisbee), MaSuccession.fr (optimisation de la transmission patrimoniale) ou encore Yomoni (robo-advisor pour la gestion d’épargne sous mandat), le groupe français de bancassurance entre au capital de JIVAI.

Cette SAS fondée en 2013 à Paris – où elle est toujours basée – se présente plus volontiers sous la marque Fluo donnée à son comparateur d’assurances.

À son lancement officiel en juin 2014, le service se destinait exclusivement aux assurés. Il consistait en un moteur destiné à « décrypter » les garanties associées aux cartes bancaires… et ainsi éviter la souscription de produits incluant des doublons.

Approché par des banques et des assureurs, Fluo avait embrayé, en mars 2015, sur une exploitation BtoB, sans pour autant délaisser le volet BtoC. Depuis lors, le moteur s’est enrichi de capacités d’analyse de contrats (auto, habitation, santé, voyages, sports d’hiver*).

Les garanties de la loi

D’un montant de 2 millions d’euros, le tour de table tout juste annoncé va permettre un renforcement de l’équipe R&D – en ligne de mire, intelligence artificielle et chatbots – ainsi qu’une ouverture à d’autres segments que ceux actuellement couverts. La start-up vise en l’occurrence l’assurance emprunteur et la prévoyance, non sans lorgner les couvertures professionnelles.

Le Crédit Mutuel Arkéa accompagnent l’opération de financement, à laquelle participent le fonds Evolem (actionnaire historique) et l’équipe de management (qui reste majoritaire au capital, d’après Les Échos).

Fluo tire parti de l’évolution de la réglementation, tout particulièrement au travers de la loi Hamon, qui autorise, depuis le 1er janvier 2015, la résiliation de certains contrats d’assurance sans attendre l’échéance. Si bien qu’au-delà du recensement des garanties présentes sur les CB, la jeune pousse joue le rôle d’un courtier en assurances.

Sa principale « obligation de moyens » est précisée dans le CGU : « Rechercher au moyen d’un logiciel spécifiquement conçu à cette fin, les données relatives aux garanties liées à l’utilisation des principales cartes bancaires émises par des banques situées sur le territoire français, et à communiquer le résultat de ces recherches à l’Utilisateur [sic] […] ».

La patte AssurTech

Les données en question proviennent des documents publiés sur Internet par les établissements de gestion des CB et par les banques émettrices. Il est bien spécifié que l’utilisateur devra « consulter lui-même les notices d’assurances complètes […] pour prendre connaissance des conditions détaillées auxquelles le bénéfice effectif des garanties est subordonné […] ».

Labellisé en 2015 par le pôle de compétitivité Finance Innovation et membre fondateur, aux côtés de 35 autres start-up, de l’association France FinTech, Fluo revendique 70 000 téléchargements et 2 500 utilisateurs actifs par mois pour son application mobile (iOS, Android).

Son président-fondateur Jehan Azéma de Castet La Boulbène avait auparavant créé le comparateur d’assurances LesFurets.com, vendu au groupe britannique BGL. Son associés Vincent Durnez (DG) est un ancien de Direct Assurance et d’AXA Global Direct.

* Jehan de Castet affectionne le ski… pour lequel Fluo propose, avec Europ Assistance, un produit d’assurance spécifique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur