Ford place son CEO au board d’IBM : objectif voiture connectée ?

EntrepriseManagementNominations
ford-ibm
3 6

Mark Fields, président et CEO de Ford, va rejoindre le board d’IBM. Un rapprochement fort de sens pour le marché de l’automobile connectée.

C’est un rapprochement fort de sens pour Ford : son président et CEO Mark Fields va rejoindre le conseil d’administration d’IBM. Il prendra ses fonctions le 1er mars 2016.

Ce lien qui se tisse avec une société technologique de premier plan est révélateur des ambitions du groupe automobile américain sur un marché en transformation : les habitudes de déplacement et de consommation évoluent et avec elles, les modèles économiques sous-jacents.

Dans un contexte d’essor de l’autopartage, des applications mobiles de transport de particuliers et à plus long terme des voitures autonomes, les constructeurs deviennent des maillons secondaires. Ils cherchent, en conséquence, à développer une expertise dans le logiciel, les services et la relation client. Y compris à travers des alliances.

mark-fields
Crédit photo : Ford

Aux rênes de Ford depuis le 1er juillet 2014, Mark Fields, 55 ans, a actionné le levier des partenariats*.

La maison IBM ne lui est pas inconnue : il y a, comme le note Reuters, passé quelques mois dans les années 80, au sortir de sa licence en économie à l’Université Rutgers (province du Nouveau-Brunswick, au Canada) et avant l’obtention d’un master en gestion d’entreprise à Harvard.

En parlant d’inconnue, celle-ci réside plutôt dans le rapprochement pressenti entre Ford et Google. On pourrait considérer qu’un pas a déjà été fait avec la nomination, à l’été 2014, d’Alan Mulally – prédécesseur de Mark Fields – au board du groupe Internet.

On attendait une annonce formelle début janvier dans le cadre du CES, mais il n’en a rien été. Le Salon de l’automobile de Detroit, organisé la semaine suivante, n’a pas donné davantage de signaux.

Sur le plan technologique, Ford en est plutôt à évoquer les perspectives ouvertes par l’évolution de son dispositif de balayage laser (lidar), dont la 3e génération est miniaturisée, avec une portée allongée à 200 m.

Ce qui permettra de n’en installer plus que deux – au lieu de quatre – dans les véhicules autonomes en expérimentation sur les routes américaines. Ces « Fusion Hybrid » seront bientôt une trentaine à rouler, soit trois fois plus qu’à l’heure actuelle.

* Après la « Smart Car », la « Smart Kitchen » : IBM vient de nouer un partenariat avec Whirlpool pour connecter ses appareils électroménagers aux services Watson, dédiés à l’intelligence artificielle autour de solutions d’analyse cognitive.

Crédit photo : wavebreakmedia – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur