Forfaits téléphoniques : Bercy botte en touche

Mobilité

Le secrétaire d’Etat à l’Industrie, Christian Pierret, a décidé de saisir le Conseil de la concurrence sur les nouveaux forfaits de téléphonie fixe de France Télécom. En attendant la décision du Conseil, le forfait couplant télécommunications locales et nationales est suspendu.

France Télécom, qui avait décidé de lancer deux offres de forfait tout compris (voir édition du 5 octobre 2000) sans attendre l’approbation du gouvernement, va de mauvaise surprise en mauvaise surprise. D’abord avant-hier, avec la décision de l’Autorité de régulation des télécommunications (ART) d’émettre un avis défavorable sur l’un des deux forfaits de France Télécom, puis hier avec la décision du gouvernement de porter l’affaire devant le Conseil de la concurrence. Le point qui fâche est la décision de France Télécom de coupler les communications locales avec les communications longue distance. Une offre jugée anticoncurrentielle par l’ART.

Le gouvernement se sort d’une situation que beaucoup jugeaient délicate. En approuvant ou en rejetant ces forfaits, Bercy faisait perdre la face soit au Régulateur, soit à France Télécom dont il détient 63 % du capital. Le gouvernement a finalement opté pour le Conseil de la concurrence, coupant ainsi l’herbe sous le pied à 9 Telecom et à l’ART, qui se disaient prêts à porter l’affaire devant cette instance.

Le secrétaire d’Etat à l’Industrie, Christian Pierret, a ainsi demandé au président de France Télécom, Michel Bon, de suspendre la commercialisation du forfait de téléphonie fixe “lignes France”. Le forfait fixe “lignes locales” n’est en revanche pas concerné et devrait donc être opérationnel dès le 6 novembre.

Pour en savoir plus :

* ART

* France Télécom

* 9 Telecom


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur