Formation : Klaxoon lève des fonds pour résonner à l’international

EntrepriseLevées de fondsStart-up
3 1

Premier tour de table (5 millions d’euros) pour Klaxoon, qui propose des modules d’animations interactives pour les réunions en salle ou à distance.

Un déménagement n’arrive jamais seul… En tout cas chez Klaxoon.

Quelques jours après avoir investi ses nouveaux bureaux à proximité du campus de CentraleSupélec Rennes, la start-up officialise sa première levée de fonds, d’un montant de 5 millions d’euros.

Deux acteurs nord-américains du capital-investissement y participent. D’un côté, White Star Capital, fonds d’origine québecoise qui dispose d’une implantation à Londres. De l’autre, True Wind Capital Management, basé entre San Francisco et Bruxelles.

Le Crédit Mutuel, via sa branche Arkéa Capital, s’associe à ce tour de table pour le compte de fonds privés de la région.

Trois business angels sont également de la partie : Xavier Niel (Iliad-Free), Cyril Grislain Karray (ancien directeur associé chez McKinsey Paris) et Xavier Gury (ex-Publicis Groupe ; il détient des participations dans Costockage.fr, Drivy ou encore TheFamily).

klaxoon-carte
Petit déménagement… de Rennes à Cesson-Sévigné.

Joyeuse réu

Immatriculé au RCS le 23 décembre 2014, Klaxoon avait lancé, en mars 2015, une solution destinée à apporter davantage d’efficacité dans la transmission du savoir lors d’échanges en présentiel.

Dans la pratique, il s’agit de rendre les présentations participatives pour améliorer la mémorisation des informations, à travers des quiz, des sondages, du brainstorming, des messages instantanés…

Utilisable en version cloud (abonnement par utilisateur) pour connecter jusqu’à 1 000 participants, l’offre Klaxoon est aussi disponible sous la forme d’une box* qui émet son propre signal Wi-Fi et peut donc fonctionner sans connexion Internet. Elle a dernièrement été exploitée lors de la convention des élus de Rennes Métropole.

La jeune pousse revendique 100 000 utilisateurs dans 114 pays. Parmi ses clients figurent des grandes écoles comme l’EM Lyon, la Toulouse Business School et l’IFAG. Des groupes tels que Suez, AXA et IGS et ont également expérimenté la solution, basée sur un flux temps réel.

Au commencement était Regards

Sur le papier, Klaxoon n’a pas encore soufflé sa deuxième bougie. Mais son ADN remonte à 2009, année de création du groupe Regards, spécialisé dans la conception de dispositifs pédagogiques et dont elle est devenue, à l’issue d’un programme R&D de trois ans, une filiale, sur le modèle de la spin-off, avec le soutien de Bpifrance.

Fondateur et CEO de Regards, Matthieu Beucher pilote également Klaxoon, qu’il assimilait, il y a quelques mois dans un entretien accordé à Exclusive RH, à un concentré des meilleures expériences d’apprentissage expérimentées en six ans avec des partenaires nommé Schneider Electric, Thales, Nestlé, Dior ou L’Oréal.

Hiscox, chez qui Klaxoon est assuré, avait également réalisé un focus en soulignant l’importance du partage des connaissances à l’heure où, selon l’Insee, un tiers des actifs dénombrés en 2010 seront partis à la retraite d’ici à 2020.

Avec cette première levée de fonds, le développement à l’international – véritablement amorcé après l’obtention d’un « Innovation Award » au CES 2016 – va s’accélérer. En première ligne, les marchés anglo-saxons, jugés plus ouverts aux approches de « pédagogie active ». Ce qui impliquera de redimensionner les équipes commerciales et le support client. Une cinquantaine de recrutements sont prévus sur les 12 prochains mois, d’après l’Usine Digitale.

* Jusqu’à 40 participants avec cette box qui permet de garder la main sur les données et les échanges.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur