Foxconn – Sharp : les grandes manœuvres peuvent vraiment commencer

EntrepriseFusions-acquisitions
sharp-foxconn-manoeuvres
4 0

Foxconn a obtenu le feu vert des autorités antitrust chinoises pour prendre le contrôle de Sharp. Les grands travaux débutent avec le top management.

Les grands travaux peuvent commencer dans la maison Sharp.

Le fabricant japonais d’électronique est officiellement passé, ce vendredi 12 août 2016, sous le contrôle du groupe industriel taïwanais Hon Hai Precision Industry Company, que l’on connaît mieux sous le nom Foxconn, donné à l’une de ses filiales.

L’accord entre les deux parties avait été signé le 30 mars dernier, mais les autorités antitrust chinoises devaient encore donner leur feu vert. Ce qu’elles ont fait jeudi 11 août.

Aux taux de change en vigueur à la signature du deal, Foxconn débourse environ 3,8 milliards de dollars en échange d’une participation majoritaire au capital de Sharp.

Au revoir président

Dans le détail, le groupe japonais émet 11 363 636 actions privilégiées (classe C) à 8 800 yens chacune et dont Hon Hai se porte acquéreur. Les 3 281 950 697 actions ordinaires émises en parallèle au prix unitaire de 88 yens sont réparties entre Hon Hai et trois entités affiliées : Foxconn (Far East) Limited, Foxconn Technology Pte. Ltd. et SIO International Holdings Limited.

Hon Hai récupère 26,17 % des droits de vote ; Foxconn (Far East) Limited, 18,43 % ; Foxconn Technology, 13,01 % ; SIO International Holdings Limited, 8,46 %. Soit un total de 66,07 %.

Dans le même temps, Kozo Takahashi, président et CEO de Sharp, démissionne et quitte le conseil d’administration. Son successeur sera connu samedi 13 août 2016. Il devrait s’agir de Tai Jeng-wu, bras droit du CEO de Foxconn Terry Gou. Un autre départ est fixé au 15 août : celui du directeur de la stratégie Hiroki Fukui.

Cap sur l’OLED

Japan Industrial Solutions Fund I cède par ailleurs ses 25 000 actions de classe B, tandis que Sharp confirme avoir obtenu une ligne de crédit syndiquée d’un maximum de 300 milliards de yens (3 milliards de dollars) auprès de ses principaux prêteurs, Mitsubishi UFJ Financial Group et Mizuho Financial Group. C’était l’une des conditions posées par Foxconn pour boucler le rapprochement.

Le groupe taïwanais, qui affiche un chiffre d’affaires en recul annuel de 5,3 % sur le 1er semestre 2016 et un résultat net en baisse de 8,7 % sur le 1er trimestre, perçoit en Sharp l’occasion de renforcer son business avec Apple, dont il est le principal sous-traitant.

Sharp entretient effectivement déjà des relations avec la « marque à la pomme », qui utilise ses écrans sur les terminaux iPhone et iPad. Sous l’ère Foxconn, le cap sera mis sur la technologie OLED, où les sud-coréens LG et Samsung ont le leadership.

Crédit photo : Sorbis – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur