La France de 2025 au diapason du numérique ?

Régulations
france-numerique-2025

Le gouvernement Ayrault considère le numérique comme un incontournable vecteur de croissance pour la France d’ici 2025.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a fait sa rentrée ce 19 août par le biais d’un séminaire sur la France de 2025.

Dans leurs copies respectives, les ministères de l’Économie, du Redressement productif, du Logement, de la Justice et de l’Intérieur ont tous évoqué le numérique comme un incontournable vecteur de croissance et de rayonnement.

Témoin le discours d’Arnaud Montebourg.

Après avoir invoqué le retour de la France dans le “concert des grandes nations industrielles”, le ministre du Redressement productif a porté son propos sur l’international.

Dans le numérique, l’Europe a rattrapé son retard avec la création d’écosystèmes extrêmement compétitifs, rassemblant universités, grandes écoles, laboratoires publics et privés, grands groupes et start-up. Paris est devenu une grande place d’innovation aux côtés de Londres, Berlin et des capitales nordiques“.

Et d’ajouter : “Les étudiants et les créateurs d’entreprises du monde entier considèrent la France comme un pays propice à la créativité et au développement de nouveaux produits et services. L’ensemble des grandes métropoles françaises bénéficient et contribuent à cette dynamique grâce à une mise en réseau des écosystèmes“.

Il est ici fait allusion au chantier des quartiers numériques, sur lequel le gouvernement compte s’engager prochainement, avec le concours de “grands groupes du numérique” dans des domaines tels que le cloud computing, le big data, l’Internet des objets et la sécurité.

Pour Pierre Moscovici, ministre de l’Économie et des Finances, la France devra se montrer apte à moderniser ses services publics en phase avec la révolution numérique.

Ce qui passe notamment, comme le note Silicon.fr, par la dématérialisation intégrale, dans l’administration fiscale, de la déclaration, du paiement et du contrôle de premier niveau des déclarations.

Le développement des usages et services numériques pourrait, selon Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des Territoires et du Logement, “développer l’innovation sociale et la pérennisation d’activités professionnelles“.

De son côté, la garde des Sceaux Christiane Taubira parle de mécanismes et applicatifs dédiés à la simplification des procédures pour les justiciables, les magistrats et les greffiers.

Elle en appelle aussi à une mobilisation pour l’adoption du règlement européen sur la protection des données personnelles, qui doit réformer la directive adoptée en 1995 et aujourd’hui jugée obsolète en raison des progrès exponentiels en matière de technologies numériques.

Enfin, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls parle d’un “saut technologique” qui s’impose à la police et à la gendarmerie, qui pourront “renforcer leurs activités d’enquête [et] le lien de proximité avec la population“.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les grands groupes français du Web ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur