France – Afrique : Alcatel-Lucent et France Telecom engagés dans un chantier de réseau optique sous-marin

Cloud

500 millions de dollars. C’est le montant du contrat remporté par Alcatel-Lucent pour la construction d’un réseau optique sous-marin entre la France et l’Afrique. France Telecom est aussi dans la boucle.

Après le projet “Wacs” initié en 2009, un nouveau réseau optique sous-marin va être réalisé avec l’appui des technologies d’Alcatel-Lucent pour un montant de 500 millions de dollars (420 millions d’euros).

C’est le consortium ACE (Africa Coast to Europe), composé de 20 opérateurs avec France Telecom-Orange en chef de file, qui pilote ce chantier. Il devra être finalisé au premier semestre 2012.

L’opérateur français a indiqué dans un communiqué qu’il prendrait en charge une part de 250 millions de dollars (210 millions d’euros) des investissements prévus pour la construction du câble qui représentent au total 700 millions de dollars (585 millions d’euros).

D’un point de vue géographique, le câble sera déployé entre Cape Town (Afrique du Sud) et Penmarch (France).

Orange précise que le câble “connectera 23 pays, soit directement pour les pays côtiers, soit via des liens terrestres pour les pays enclavés comme le Mali et le Niger”.

ACE sera par ailleurs le premier câble sous-marin à atterrir en Gambie, en Guinée, en Guinée Equatoriale, au Libéria, en Mauritanie, en Namibie, en République Démocratique du Congo, à Sao Tomé-et-Principe et au Sierra Leone.

Au total, 17 000 kilomètres de fibres optiques d’une capacité de 40 Gbit/s seront déployés et seront allumés avec des équipements WDM (multiplexage en longueur d’onde) fournis par Alcaltel.

L’équipementier souligne au passage que son terminal de ligne sous-marin (1620 Light Manager) utilise des formats de modulation par décalage de phase (PSK) avec une détection cohérente de nouvelle génération pour gérer les dégradations de transmission de façon économique et automatique.

L’infrastructure qui permettra d’atteindre un débit de 40 Gbit/s pourra voir porter sa capacité de transport maximale à 5,12 Terabit/s.

A noter enfin que le câble ACE sera complémentaire des câbles existants (SAT-3/WASC/SAFE, SEA-ME-WE.3, ATLANTIS 2, etc.) qui courent déjà à proximité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur