France BlockTech : une association émerge dans le vivier de la blockchain

Bases de donnéesData-stockage
france-blocktech

Les rangs de France BlockTech s’étoffent. Quelle feuille de route pour cette association de soutien et de promotion de l’écosystème blockchain hexagonal ?

Un nouvel adhérent vient renforcer les rangs de France BlockTech.

L’association, qui s’est donné pour mission de soutenir l’écosystème français de la blockchain et des monnaies numériques, accueille en son sein l’agence Exægis.

Cette dernière est à l’origine d’un système de notation des entreprises du numérique sur la base duquel elle a développé, entre autres, des services aux partenaires financiers et une garantie opérationnelle couvrant le risque de défaillance.

Elle rejoint, au cercle des membres de France BlockTech, un bouquet de start-up à la coloration très FinTech et qui ne sont, pour certaines, pas encore passées en phase commerciale – illustration avec Say Yes ! et sa solution de paiement mobile.

D’autres sont parvenues à lever des fonds, à l’image de KeeeX, qui applique le principe des registres décentralisés à la gestion documentaire.

S’approprier la technologie…

Sur la « liste FinTech » figurent aussi Ambriva Partners (courtier en services de paiement ; représenté par son président-fondateur Sébastien Oum), Postme (exploitation de la blockchain pour la facturation), Moneytis (transfert d’argent sur la blockchain) ou encore ChainFunding (financement participatif, là aussi sur la blockchain).

Le profil qui se rapproche le plus de celui d’Exægis est sans doute S.A.O.R.I, qui propose, sous la marque Sharing Value, un logiciel d’évaluation des sociétés via leurs actifs immatériels stratégiques (la société est représentée par son CEO Jacky Ouziel).

Officiellement constituée le 6 avril 2016, France BlockTech met à profit les ressources du groupe média Finyear, qui parle régulièrement blockchain dans ses colonnes… et avec lequel elle partage un dirigeant : Laurent Leloup*.

Les synergies se traduisent par l’organisation de sessions « Blockchain Vision ». La prochaine, prévue pour le 24 janvier 2017, mettra à l’honneur la thématique « AssurChain » (blockchain pour le secteur de l’assurance) et inclura des pitchs de start-up.

… et la mettre en pratique

Sur la feuille de route de France BlockTech, l’année 2017 sera celle des jonctions entre les entrepreneurs du secteur et les professionnels métiers pour développer des cas d’usage et des PoC (preuves de concept).

En ligne de mire, la création de la « Blockchain Valley », un pôle régional d’excellence associant une école de formation pour les développeurs, une structure d’incubation et d’accélération, ainsi qu’un village de start-up pour mutualiser coûts et ressources.

Il s’agira par ailleurs de porter la parole de l’écosystème auprès des instances françaises, européennes et internationales. Un objectif que se sont fixé d’autres associations comme La Chaintech et Bitcoin France, qui fédèrent elles aussi des acteurs de la finance tels que Paymium, Avolta Partners (banque d’affaires) et Electrum (porte-monnaie bitcoin).

* Laurent Leloup est aussi CEO et fondateur du groupe aeDeus, membre de France BlockTech et qui fédère plusieurs sociétés (aeChain et son moteur blockchain transactionnel ; aeConsult pour le conseil et les services techniques ; aeChain, centrée flux clients & fournisseurs).

La blockchain a sa web-série
Largué sur la blockchain ? Depuis le 15 décembre 2016, le Groupe SII et l’Ecole des Technologies Numériques Avancées (ETNA) diffusent une web-série qui abordera le sujet en 7 épisodes hebdomadaires. Au programme, le fonctionnement de Bitcoin, l’impact de la blockchain sur les entreprises, les principes mathématiques et cryptographiques sous-jacents, jusqu’à l’étendue des applications possibles autour d’une plate-forme décentralisée.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur