France Télécom a le feu vert pour débrider ses offres d’accès haut débit

Mobilité

Confrontée à l’évolution du marché, l’ART vient d’autoriser France Télécom à proposer des offres d’accès ADSL jusqu’à 8 Mbit/s.

A partir du 31 octobre 2004, France Télécom pourra commercialiser des offres d’accès ADSL à très haut débit auprès des fournisseurs d’accès (FAI) qui les revendront sous leur propre marque (option 5). Cette mesure concernera tout le réseau téléphonique éligible à l’ADSL, aussi bien dans les zones non dégroupées que dégroupées. Jusqu’à présent, l’opérateur historique ne pouvait, pour des raisons de concurrence, proposer de débits supérieurs à 2 Mbit/s en réception et 128 Kbit/s en émission. Du coup, les FAI qui s’appuyaient sur France Télécom étaient eux-mêmes soumis à cette limite. C’était notamment le cas de Wanadoo, auparavant filiale du groupe de télécommunications et qui a désormais réintégré sa maison mère (voir édition du 2 septembre 2004).

Les débits de la nouvelle offre “IP/ADSL Max” seront limités par les contraintes techniques de la technologie DSL, soit pour l’ADSL des débits de 8 Mbit/s en réception et de 640 Kbit/s en émission dans le meilleur des cas. Plus la résidence de l’abonné est éloignée du central téléphonique et moins les débits sont importants. Le FAI sera ensuite libre de décliner ses offres en fonction des débits. Dans son avis daté du 7 octobre 2004, l’Autorité de régulation des télécoms (ART) explique cet assouplissement par “la demande croissante des internautes en bande passante”.

Simplification des tarifs d’accès

Les tarifs d’accès pour les FAI ont également été simplifiés. Les tarifs de l’actuelle offre “Accès IP/ADSL” s’établissaient chaque mois en fonction de la bande passante proposée et du répartiteur sur lequel est raccordé l’abonné. Sur les répartiteurs de plus de 20 000 lignes, le 128 Kbit/s était facturé à 11,6 euros HT tandis que le 512, le 1 024 et le 2 048 étaient proposés à 13 euros HT. Sur les répartiteurs de moins de 20 000 lignes, France Télécom facturait respectivement les accès 128, 512, 1 024 et 2 048 Kbit/s à 11,6, 15,5, 18 et 20 euros HT. La nouvelle offre se limite à deux tarifications : 15 euros HT pour les accès sur les répartiteurs des zones denses et 23 euros pour les répartiteurs de moins de 20 000 lignes, ce qui correspond à des augmentations pour les offres jusqu’à 2 Mbit/s. Des tarifs qui n’égalent pas encore ceux de la concurrence : pour moins de 23 euros TTC, AOL propose jusqu’à 5 Mbit/s pour 512 Kbit/s en émission.

Signalons également que les offres d’accès “IP/ADSL Max” ne bénéficieront pas de l’option “Ping” de France Télécom, laquelle permet de réduire le temps de latence entre l’abonné et son FAI. Une option qui intéresse avant tout les joueurs en ligne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur