France Télécom baisse le prix de la minute Internet

Cloud

Deux centimes d’euro la minute. C’est le nouveau tarif local Internet de France Télécom. En revanche, le crédit temps indivisible reste à 10,6 centimes d’euro. Cette baisse va bénéficier aux internautes qui ont choisi d’accéder au Net par un service sans abonnement. Mais elle ne s’applique pas forcément aux connexions effectuées au-delà des forfaits proposés par les fournisseurs d’accès. Sauf si ces derniers décident d’aligner leurs conditions sur celles de France Télécom.

France Télécom poursuit sa politique de baisses de tarifs en direction d’Internet. Après les réductions sur le prix de l’ADSL, revues et corrigées par l’Autorité de régulation des télécoms (voir édition du 11 avril 2002), l’opérateur historique a réduit, jeudi 2 mai, le prix de la minute de communication Internet à 2 centimes d’euro (soit 13,12 centimes de franc au lieu de 14 précédemment), cela 24 heures sur 24 tous les jours de la semaine, comme précédemment. Cette fois, l’ART a validé cette modification qui, outre la baisse, simplifie l’offre commerciale.

Selon France Télécom, cette baisse, quasiment insignifiante prise isolément, revient à des réductions de 4 % pour les appels de 5 minutes, 7 % pour 14 minutes, 8 % pour 20 minutes et 9 % pour une heure de communication. Car la première minute, le fameux crédit temps indivisible, reste lui à 10,6 centimes d’euros. Ainsi, plus on reste en ligne, plus le coût à la minute diminue. D’autant que le prix Internet reste compatible avec les options tarifaires de l’opérateur, comme Primaliste.

Cette offre s’adresse essentiellement aux internautes qui ont choisi l’accès à Internet sans abonnement afin de ne payer que ce qu’ils consomment, par opposition à un forfait à coût fixe, qu’il soit consommé entièrement ou non. Dans la mesure où, a priori, tous les FAI grand public sont connectés au réseau de l’opérateur national pour la fourniture Internet en accès libre, cette baisse va bénéficier à tous ceux qui ont choisi cette option.

Quid des minutes au delà du forfait ?

En revanche, ce n’est pas forcément le cas pour les minutes de surf consommées au-delà d’un forfait. Comme chez Free Télécom, par exemple, qui pour les minutes supplémentaires de son forfait 50 heures avait calé son tarif sur celui de France Télécom. Le FAI/opérateur avait d’ailleurs obtenu de l’ART l’autorisation d’appliquer un prix différent de celui de l’opérateur national (voir édition du 22 novembre 2001). Malgré cette victoire, Free Télécom n’avait pas modifié ses tarifs. “Le nouveau tarif de France Télécom correspond à ce que nous voulions”, concède Alexandre Archambault, responsable des affaires réglementaires chez Free Télécom, “et nous allons réfléchir très vite pour savoir si nous allons ajuster notre tarif ou non.” Visiblement, les responsables ont été un peu pris de court. Espérons tout de même que la baisse se répercute.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur