France Télécom se fait souffler E-Plus

Mobilité

L’opérateur allemand de téléphonie mobile E-Plus passe sous le giron du néerlandais KPN.

C’est l’un des échecs les plus cuisants de l’histoire de France Télécom. L’opérateur français avait annoncé en octobre le rachat du troisième opérateur de mobiles allemand. C’était sans compter avec BellSouth, une firme américaine qui dispose de 22,5% du capital d’E-Plus et, surtout, d’un droit de préemption sur la vente des autres actions de l’opérateur allemand. Après l’échec de négociations engagées par avec France Télécom, BellSouth acquiert les 77,5% du capital que visait France Télécom et les revend immédiatement à son allié néerlandais KPN.

Bell South réalise une belle opération. KPN lui a donné un droit de regard sur la gestion d’E-Plus. L’opérateur américain voit au passage son investissement initial de 150 millions de dollars dans E-Plus valorisé à 7,8 milliards de dollars. Il pourra convertir, s’il le désire, les 22,5% du capital d’E-Plus qui lui restent en une prise de participation dans KPN.

France Télécom accumule les déboires avec le voisin allemand. Après avoir été le partenaire principal de Deutsche Telekom en Europe, France Telecom avait pris acte du divorce et tenté de prendre pied sur le marché allemand avec le rachat d’E-Plus. De son côté, Deutsche Telekom s’est offert en novembre le français Siris, spécialiste des télécommunications d’entreprise.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur