Cloud

France Telecom : Stéphane Richard remplace Louis-Pierre Wenes au poste de numéro 2 du groupe

orangefrancetelecomlogo
0 0

Alors que France Telecom est confronté à une vague de suicides de salariés, Louis-Pierre Wenes, directeur général adjoint chargé des opérations France, a décidé de quitter son poste, et est remplacé par Stéphane Richard.

La tension ne faiblit pas au sein d’Orange France Telecom, après la vague de suicides de salariés sous pression qui touche le groupe télécoms depuis 20 mois. Son P-DG, Didier Lombard, essuie depuis plusieurs jours les critiques des salariés et des syndicats, ce qui ne l’a pas empêché de recevoir le soutien de Christine Lagarde, ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi la semaine dernière.

Aujourd’hui, si Didier Lombard conserve son poste de président-directeur général de France Telecom, c’est le numéro 2 du groupe, Louis-Pierre Wenes qui commence à payer les pots cassés : évincé, le directeur général adjoint en charge des opérations France est remplacé ce 5 octobre  par Stéphane Richard, ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde.

« Louis-Pierre Wenès, actuel directeur général adjoint chargé des opérations France, a demandé à Didier Lombard de le décharger de ses responsabilités, ce que Didier Lombard a accepté », explique un communiqué de presse succinct de l’opérateur. Selon l’AFP, qui a une connaissance d’un message interne diffusé auprès des salariés du groupe, Louis-Pierre Wenes fera « valoir prochainement [ses] droits à la retraite ».

Son remplaçant, Stéphane Richard, arrivé à France Telecom le 1er  septembre dernier, devrait succéder à Didier Lombard à la tête du groupe télécoms en 2011.

Arrivé en 2002 au sein de France Telecom, Louis-Pierre Wenes avait pour mission de mettre en place, depuis 2005, le plan de modernisation de l’opérateur, baptisé « Next ». En 2006, l’ex-directeur général adjoint en charge des opérations France s’était vu confier la tache de transformer France Telecom, notamment en désendettant le groupe et en instaurant de nouvelles pratiques commerciales, comme la mobilité systématique des cadres tous les trois ans, dénoncée par les syndicats et les salariés comme étant une des causes des suicides de certains collaborateurs enregistrés ces derniers mois.

Depuis plusieurs semaines, Louis-Pierre Wenes est pointé du doigt pas les syndicalistes de France Telecom. Selon Patrick Ackermann, délégué syndical Sud-PTT, Louis-Pierre Wenes est » un ‘cost killer’, il est responsable de tous les plans de supressions d’emplois ». « Wenes est symbolique: c’est lui qui a institué le management par la terreur, il doit partir », avait déclaré, il y a quelques jours, Pierre Morville, délégué syndical CFE-CGC.


Inscrivez-vous aux newsletters ITespresso