Frédéric Mitterrand : TV connectée : entre opportunité d’innovation et menace d’accélération du piratage

Mobilité

Assises du numérique : le ministre de la Culture et de la Communication a abordé l’impact de la télévision connectée dans un monde audiovisuel en mutation.

Dans son discours adressé dans le cadre des Assises du numérique, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, est revenu sur le projet de loi portant sur l’abrogation des canaux audiovisuels compensatoires. Il a présenté ce matin, 30 novembre, en Conseil des ministres.

Six nouvelles chaînes seront prochainement lancés. Elles seront sélectionnées par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) d’ici mars 2012. “Chacun pourra recevoir ces nouveaux services, dès leur lancement, dans environ un an, sans nouveaux frais ni tracasseries.”

Mais, Frédéric Mitterrand a également annoncé “un changement de norme de télévision à plus long terme”. Son principe sera arrêté d’ici 2020.

Propos confirmés par le ministre de l’Economie numérique Eric Besson : le format de compression MPEG-4 sera généralisé d’ici 2015 et la norme de diffusion DVB-T2 deviendra la référence d’ici 2020. Il permettra de développer la haute définition sur la TNT et de proposer des services innovants, notamment mobiles.

Mais le coeur de son intervention portait sur la manière “d’accompagner les industries culturelles et en particulier les industries de contenus dans le ‘grand océan’ de l’Internet”. La TV connectée est perçue comme une profonde mutation de l’audiovisuel. Une mission d’étude touche à sa fin sur le sujet.

La télévision connectée avec ses opportunités et ses menaces…“La télévision connectée peut constituer un accélérateur du piratage et du visionnage illégal de contenus”, selon le ministre de la Communication.

Le représentant du gouvernement a également souligné la concurrence féroce qui s’accentue au niveau international avec des acteurs comme Apple, Amazon, Netflix ou Google.

Les questions de modèle économique de la culture à l’ère numérique et de son financement demeurent centrales : “nous poursuivons le travail de conviction engagé à l’échelon européen pour harmoniser le taux de TVA entre les oeuvres culturelles dématérialisées et physiques.”

Le ministre de la Culture s’est également adressé aux opérateurs télécoms et aux FAI “qui ont pu s’inquiéter de la réforme récente de la taxe sur les services de télévision du CNC” mais celle-ci a été réalisée au nom de “l’équité fiscale” entre les opérateurs.

“Cette réforme ne signifiera pas pour eux une augmentation de la pression fiscale”. Cela suffira-t-il à éteindre toutes les critiques sur le sujet…

 

Crédit photo : Copyright Scanrail – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur