Free aurait fait une offre de rachat sur Bouygues Telecom qui fulmine

Régulations
free-bouygues-telecom-xavier-niel-martin-bouygues-ils-saiment

Selon Marianne, Xavier Niel a soumis une proposition de rachat de Bouygues Telecom, balayée aussitôt par Martin Bouygues. Les deux patrons multiplient les coups d’éclat. Petit florilège.

C’est une anecdote à quel point les relations entre Xavier Niel et Martin Bouygues sont tendues.

Dans un dossier publié cette semaine dans l’hebdomadaire Marianne consacré à la “guerre dans le mobile”, il est relaté que Free a fait une proposition de rachat de Bouygues Telecom en octobre 2012 “par conseil interposé”.

La réaction a été sèche selon un proche du P-DG de Martin Bouygues cité de manière anonyme dans ce focus : “Quelle que soit l’offre, Martin préférerait crever que de vendre à Free.”

Coup de bluff ? L’offre émise par le groupe Iliad-Free sous-valorisait largement Bouygues Telecom. De quoi attiser un peu plus la fureur du patron de Bouygues.

Il est de notoriété publique que Martin Bouygues n’apprécie guère le dirigeant fondateur d’Iliad-Free. Et les coups se règlent parfois devant la justice.

Ainsi, fin février, Free a été condamné pour dénigrement et concurrence déloyale vis-à-vis de Bouygues Telecom.

Il considérait que Free Mobile avait dépassé les bornes en prenant ses clients pour des “pigeons”. Il devra verser 25 millions d’euros de dommages et intérêts. Free a fait appel.

A la suite de cette lourde sanction, Xavier Niel a même “boudé” l’exercice de présentation des résultats financiers du groupe Iliad – Free qui s’est déroulé le 20 mars, selon Gizmodo.

“Une décision de justice m’ayant récemment interdit l’usage de quelques mots essentiels, je préfère me taire plutôt que me censurer.”

C’est finalement Maxime Lombardini, DG d’Iliad, qui sera en première ligne.

Les nerfs sont à vif. Le moindre commentaire déplacé de part et d’autre peut déraper et se transformer en contentieux.

Début avril, Challenges révélait que Xavier Niel a porté plainte pour diffamation contre Olivier Roussat.

Dans une tribune diffusée sur le site Internet des Echos en septembre 2012, le directeur général de Bouygues Telecom avait eu l’outrecuidance de déclarer en référence à Free Mobile : “l’Etat et le régulateur ont ainsi créé une étrange espèce, à mi-chemin du coucou et du bernard-l’ermite”.

Auparavant, ce même dirigeant avait souligné “la forme d’amour particulière” qui unit les deux opérateurs lors d’une audition devant une commission de l’Assemblée nationale en février 2012.

Cela en devient parfois un jeu par presse interposé et il faut parfois lire entre les lignes : dans un entretien accordé au Figaro le 17 janvier (accès restreint), Xavier Niel déclarait : ” La consolidation [dans le secteur télécoms, ndlr] n’est pas à l’ordre du jour pour nous. Et Bouygues Telecom n’est pas à vendre. Il n’y a pas de discussions.”

Tout en poursuivant : “Je suis très admiratif de Martin Bouygues, qui est un véritable entrepreneur, qui a su créer avec Bouygues Telecom une entreprise très rentable.”

Le dithyrambique adoucit-il les mœurs ?

————-

Battle de quiz : Connaissez-vous Free ? Vs Connaissez-vous Bouygues Telecom ?

————


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur