Free conserve sa licence nationale WiMax

Mobilité
Information - news

Le Conseil d’Etat n’a pas remis en cause la propriété de cette licence au groupe d’accès Internet.

Iliad/Free peut garder sa licence de boucle locale radio afin de monter des offres d’accès WiMax. Le Conseil d’Etat a validé fin juin la décision de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) rendue le 24 novembre 2005. A l’origine, l’arbitre des télécoms avait été saisi par Neuf Télécom et France Télécom qui demandait l’abrogation de cette licence détenue par IFW. Cette nouvelle filiale “spécial WiMax” du groupe Iliad/Free a été créée à la suite du rachat en août 2005 de l’opérateur Altitude Télécoms, détenteur initial de la licence nationale (voir édition du 5 septembre 2006).

Cette acquisition intervient dans un contexte règlementaire d’attribution de licences de boucle locale radio par l’Arcep en vue d’une exploitation d’accès WiMax. Free a perçu le potentiel qu’il pouvait tirer de cette licence nationale alors que ses concurrents concourent pour obtenir une autorisation régionale de déployer le WiMax.

Neuf Télécom et France Télécom ont tenté de s’opposer à cette initiative. Devant l’Arcep, les opérateurs mécontents ont argué qu’il était nécessaire d’abroger ces autorisations compte tenu “du changement de circonstance entraîné par la rareté constatée des fréquences”. Ils ont également dénoncé le transfert jugé illégal des autorisations WiMax détenues par Altitude Télécoms vers le groupe Free/Iliad.

Après la fin de non-recevoir du côté de l’Arcep, Neuf Télécom et France Télécom ont fait appel auprès du Conseil d’Etat. En vain. En avril, Free avait annoncé qu’il lançait prochainement une offre test d’accès WiMax élargie au grand public à travers sa filiale IFW (voir édition du 6 avril 2006).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur